La Radio Juive

Le maire de Hadera accusé de corruption de fraude, pots-de-vin et entrave à la justice

Zvi Gendelman aurait utilisé sa position de maire pour aider un promoteur immobilier en échange de son soutien dans sa campagne électorale.

En plus ils se connaissait bien, puisque Samy Levy était un ancien responsable municipal, une proximité entre les deux hommes qui aurait du être signalé aussi pour éviter l’accusation de conflit d’intérêt. Gendelman a dirigé la commission d’urbanisme de 2013 à 2018. Durant cette période le maire de Hadera a décidé d’approuver un permis irrégulier pour une entreprise appartenant à Levy pour entreprendre des travaux de construction dans un immeuble de bureaux dans la ville.

Les procureurs accusent également Gendelman d’avoir signé d’autres permis de construire pour Levy et d’avoir participé à l’octroi d’un permis de construire une maison de soins pour personnes âgées sur un terrain appartenant à l’entrepreneur. Ils affirment que Levy a eu un accès libre au maire. Le maire de Hadera aurait dit à son chauffeur d’avertir Levy de ne pas s’approcher de la municipalité après que le maire eut appris qu’un membre du conseil municipal avait informé la police des liens entre eux deux. Le chauffeur a été inculpé pour obstruction à la justice tandis que le directeur de bureau de Gendelman a été inculpé dans le cadre d’un accord de plaidoyer pour fraude et abus de confiance, recel d’objets frauduleux et délit informatique.

Les procureurs ont déposé mardi un acte d’accusation. Parallèlement à l’acte d’accusation, le procureur général Avichai Mandelblit a déposé une demande auprès d’une commission de surveillance des maires municipaux pour suspendre Gendelman de son poste de maire de la ville côtière du nord. Malgré l’enquête à son encontre, Gendelman a été réélu maire de Hadera en octobre 2018, avec 41% des voix.

ES

LE 27-10-21 - 12:05