Crédit : DR

Selon l’ONU, l’Iran enrichit de l’uranium sur le site de Natanz

Mais d’après le rapport de l’Agence Internationale d’Energie Atomique, le produit n’est pas conservé.

Bien que l’Iran enrichisse déjà l’uranium à 60% à Natanz, les recherches visant à améliorer les méthodes d’enrichissement se heurtent à l’opposition des puissances occidentales, car elles sont irréversibles et renforcent la capacité de l’Iran à produire de l’uranium de qualité militaire.

Un communiqué de l’AIEA décrivant le rapport a indiqué que, la semaine dernière, l’Iran avait notifié qu’il prévoyait d’apporter des modifications impliquant de l’uranium enrichi jusqu’à 20% dans la configuration de groupes de centrifugeuses d’enrichissement de petite et moyenne taille à Natanz. Cependant, jusqu’à présent, ces machines supplémentaires n’ont pas été alimentées.

L’Iran a pris une autre mesure pour augmenter ses activités d’enrichissement en purifiant l’uranium au-delà de 20%, a rapporté Reuters lundi, citant un rapport de l’Agence atomique internationale. Le déménagement à l’usine iranienne de Natanz vise probablement à renforcer les connaissances sur le processus de raffinage, selon le rapport , car le produit des modifications apportées aux centrifugeuses n’est pas conservé. « Le produit résultant et les flux de résidus étaient en train d’être recombinés », a noté le rapport de l’AIEA, ce qui signifie que l’uranium enrichi n’était pas stocké.

En réponse aux développements, le rapport de l’AIEA a déclaré qu’il « augmentera la fréquence et l’intensité de ses activités de garanties » à l’usine pilote d’enrichissement du combustible, une installation en surface située sur le site de Natanz.

Plus tôt ce mois-ci, le chef de l’agence iranienne de l’énergie atomique a déclaré que le pays avait produit 120 kg d’uranium enrichi à 20 %.

ES