(Crédit: Tsahal)

Un officiel de Tsahal reconnu coupable de viol sur une Palestinienne

Un officier de Tsahal a été reconnu coupable d’avoir violé une Palestinienne et d’avoir reçu des pots-de-vin d’autres personnes, selon des documents judiciaires publiés ce mercredi. L’officier de l’administration civile a commis les actes, qui comprennent également le harcèlement sexuel ainsi que la fraude et l’abus de confiance, au cours des années 2013-2014. L’officier, dont le nom et la photo sont toujours sous couvert d’anonymat, a été reconnu coupable en 2017 et condamné à 11 ans de prison. Il a également été démobilisé de l’armée. C’est l’une des punitions les plus lourdes infligées à un officier de Tsahal dans l’histoire de Tsahal. Il a fait appel de la condamnation et, en mars dernier, le panel de trois juges dirigé par le général Piles a accepté d’annuler le décompte de la révocation de l’officier de l’armée, le rétrogradant plutôt au rang de soldat. Parmi les principaux chefs d’accusation de l’acte d’accusation figure le viol d’une Palestinienne qui a demandé à l’officier un permis pour entrer et travailler en Israël. Selon l’acte d’accusation, il a contacté la femme à plusieurs reprises avec des suggestions de relations sexuelles et a menacé de lui retirer ses permis si elle parlait à quelqu’un de ses actes.

Il a également été reconnu coupable d’avoir eu des relations sexuelles avec une autre Palestinienne à trois reprises en échange de permis d’entrer et de travailler en Israël, ainsi que de harcèlement sexuel d’un Palestinien, qu’il a exhorté à rencontrer pour des relations sexuelles. L’officier a nié les accusations, mais le tribunal a jugé que ses versions des événements n’étaient pas fiables. L’armée israélienne en réponse a déclaré que l’affaire est « l’une des affaires graves portées devant les tribunaux militaires, et la peine imposée [à l’officier] convient aux actions de l’accusé ».