(Crédit: DR)

Attention au tabagisme même passif des jeunes, la chronique du docteur Serge Rafal

Le tabac, consommé par 1,3 milliards de personnes, est responsable chaque année de plus de 8 millions de décès (7 millions d’actifs, 1 million de passifs) dans le monde dont 75 000 en France. Il s’agit donc d’un problème de santé publique gravissime qui concerne toute la planète. L’étude que je voulais évoquer a été réalisée pendant 20 ans sur plus de 700 000 participants dans 143 pays. Elle vient d’être publiée conjointement par les Chinois et l’institut Karolinska de Stockholm. Elle nous indique que, malgré les nombreuses mesures prises presque partout dans le monde, près de 2/3 des ados de 12 à 15 ans restent exposés au tabagisme passif dans la plupart des espaces publics. Et chez nous, 1 million de personnes y sont exposées, ce qui provoque 3000 à 5000 morts par an sans oublier le sur-risque avéré mais difficile à préciser et à chiffrer pour les femmes enceintes.  

Un tiers des jeunes ados expliquent qu‘ils restent exposés à leur domicile même si celle-ci est en diminution, les deux tiers restants le sont dans un espace public où l’exposition est la même ou en augmentation, selon les pays et les régions. Globalement la diminution du tabagisme passif est plus marquée dans les pays à revenus élevés et intermédiaires, en zone américaine plus qu’européenne. Probablement parce que le respect des recommandations y est plus strict que dans les pays méditerranéens ou asiatiques où la cigarette bénéficie d’une certaine tolérance sociale.

C’est la fumée qui est dangereuse. La nicotine alimentaire (qu’on trouve par exemple dans le poivron ou la tomate) est non seulement sans danger mais elle protégerait peut-être de la maladie de Parkinson. La combustion du tabac libère des produits toxiques extrêmement volatiles qui restent dans les pièces de nombreuses heures, voire plusieurs jours. C’est ainsi que dans une famille ou l’un des deux parents est fumeur, un enfant inhale en moyenne l’équivalent d’un paquet par semaine.

Les risques et les conséquences du tabagisme passif sont nombreux. L’exposition passive à la fumée du tabac provoque une augmentation du risque : – D’accidents coronariens (+ 25 % soit la cause la plus importante en nombre de victimes) ; – D’infections respiratoires basses de l’enfant (+70 % si la mère fume) et de crises d’asthme ; – D’otites récidivantes de l’enfant (+50% si les 2 parents fument) ; – De retards de croissance intra-utérin et de petit poids de naissance (même si la mère ne fume pas mais est seulement enfumée par son entourage, nous l’avons évoqué) ; – De morts subites du nourrisson (le risque est doublé) ; – Et évidemment de cancers du poumon (+25 %).

Tout doit être fait pour réduire d’abord la consommation du tabac, un de nos plus grands « serial-killer » (responsable chez nous de 23 fois plus de décès par an que les accidents de la route) et plus drastiquement la contamination des non-fumeurs. Nous regardons avec consternation les scènes de restaus ou de bistrots enfumés des films de Claude Sautet. Faisons tous en sorte qu’elles appartiennent totalement et définitivement au passé.  

Docteur Serge Rafal