(Crédit: COGAT)

Le taux de vaccination des Palestiniens en Judée-Samarie à Gaza augmente

En septembre, des mois après que le vaccin contre le coronavirus soit devenu largement disponible, le nombre de Palestiniens immunisés avait plafonné. L’arrivée tardive des doses – combinée à des théories du complot anti-vaccin et à un accord de vaccin raté avec Israël – maintenait l’intérêt bas. Alors qu’une quatrième vague de coronavirus se profilait, les responsables palestiniens de Judée-Samarie et de Gaza ont commencé à utiliser un système de carottes et de bâtons pour tenter d’encourager les Palestiniens à se faire vacciner.

Le résultat est des taux de vaccination bien plus élevés, passant de 23% fin août à 50% de vaccination pour ceux qui sont plus éligibles pour se faire vacciner. Certaines régions, comme les gouvernorats de Ramallah et Bethléem en Judée-Samarie, voient désormais respectivement 80 et 70% de leur population éligible vaccinée.

Dans l’Autorité palestinienne, qui a limité l’autonomie dans certaines parties de la Judée-Samarie, les fonctionnaires ont mis les employés du secteur public qui refusaient de se faire vacciner en congé sans solde à la fin du mois d’août. Toute personne souhaitant visiter une école – y compris les parents – était obligée de présenter un certificat de vaccination. Les déplacements entre la Judée-Samarie et la Jordanie étaient également subordonnés à la vaccination. Lorsque les restrictions ont été annoncées fin août, seuls 34,2% des habitants de Judée-Samarie éligibles avaient été vaccinés. Le nombre s’élève désormais à plus de 60% en Judée-Samarie, selon les responsables de la santé.

Gabriel Attal