(Crédit: DR)

Mieux utiliser l’indispensable vitamine C, la chronique du docteur Serge Rafal

Bien que très connue pour ses propriétés dynamisantes et immunostimulantes fort utiles à cette période de l’année et surtout après cette longue période éprouvante, la vitamine C reste le plus souvent mal utilisée, à l’ancienne, sans tenir compte de ce qu’on sait à présent sur son métabolisme.

Elle est d’abord la vitamine qui a fait disparaître le scorbut qui a décimé pendant des siècles, bien plus que les tempêtes, les naufrages et les combats, les équipages de marins qui sillonnaient le monde. Il a suffi d’une rondelle de lime (ou citron vert) donnée chaque jour par un médecin de marine écossais, le Dr James Lind pour obtenir ce résultat. Elle est active pour booster le tonus et les défenses immunitaires en renforçant les lymphocytes, nos anges-gardiens. Elle intervient également sur l’absorption du fer, l’équilibre psychique et émotionnel. Elle joue un rôle crucial dans l’entretien et le fonctionnement des vaisseaux sanguins, participant et favorisant la formation de l’indispensable collagène, renforçant ainsi les tissus des artères et évitant la formation de caillots. Vous vous souvenez Ilana, on en a beaucoup parlé avec le vaccin d’Astra-Zeneca.

Les subcarences sont bien sûr très fréquentes et responsables de fatigue, saignement des gencives, déprime, douleurs articulaires… et entraînent probablement la survenue ou l’aggravation de maladies ou pathologies plus graves car la vitamine C, tout comme les vitamines A et E, possède un rôle antioxydant, primordial vous le savez maintenant pour la santé.

L’organisme ne sait pas synthétiser, c’est la définition même d’une vitamine, substance que l’organisme ne sait pas synthétiser et qui doit donc être apportée par l’alimentation.

On éviter des carences en vitamine C en mangeant des fruits et légumes… de préférence crus. En effet, la vitamine C n’est pas stockée dans l’organisme, elle est très fragile, détruite par la chaleur donc la cuisson, l’oxygène de l’air et la lumière. Elle est en outre peu biodisponible.

La vitamine C est concentrée presque exclusivement dans les végétaux : citons mais ça n’est pas limitatif : les agrumes dont le citron, le chou vert, le cresson, le kiwi… Elle est par contre très peu présente dans les produits animaux, absente totalement du pain, du beurre, des céréales, des œufs. 

Elle n’est pas stockée dans l’organisme et s’élimine rapidement, ce qui explique qu’elle doive être apportée quotidiennement. En effet, dès que les apports dépassent 200 mg par jour, elle n’est plus assimilée. Elle s’élimine alors dans les urines et les selles, provoquant chez certains de la diarrhée et déclenchant chez tout le monde une acidose inutile propice à une inflammation délétère. Précisément le contraire de ce que l’on souhaite obtenir en prenant un complément-santé.  

Il existe des doses de vitamine C à ne pas dépasser et cela va à l’encontre de nos habitudes. Il faut en apporter tous les jours, mais sans dépasser les 200 mg/jour. Or, vous vous souvenez peut-être que son adepte et prosélyte le plus fervent, le double prix Nobel, Linus Pauling, préconisait des quantités très importantes, comprises entre 5 et 10g/jour, qui lui avaient permis disait-il, de vivre jusqu’à 93 ans. Et nous-mêmes influencés par ces lectures, avons pendant longtemps consommé de 1 à 3 g par jour. Il est scientifiquement plus judicieux, sauf circonstances particulières comme des maladies graves qui requièrent de très fortes doses injectées en IV, de ne pas dépasser 200 mg par jour pour ne pas « fatiguer » l’organisme par cet excès d’acidité, n’oublions pas qu’il s’agit tout de même d’acide… ascorbique. C’est ainsi que je préconise un demi comprimé par jour d’une vitamine C naturelle, type acérola-cynorrhodon.

L’alimentation-santé, c’est manger de tout un peu et un peu de tout. C’est particulièrement vrai pour la vitamine C qui doit figurer nécessairement et en petites quantités dans votre alimentation quotidienne. L’antienne 5 fruits et légumes, parfois critiquée, trouve tout son sens ici. Elle assure les apports nécessaires de vitamine C sans excès et sans besoin de complémentation. 

Docteur Serge Rafal