Crédit : DR

1 enfant israélien sur 4 est plus violent depuis le début de la pandémie de coronavirus

Selon cette étude de l’Université hébraïque de Jérusalem, celle de Haïfa et l’Université Reichman, les confinements et l’école en visioconférence seraient en cause.

Pour les moins de six ans, cette étude révèle que 43% passent plus de temps devant les écrans, 36% mangent aussi plus de sucreries qu’avant la pandémie, et 38% sont plus sensibles au stress. Pire encore, dans 45% des cas, la dé-sociabilisation a contraint les parents à aider leur progéniture à reprendre contact avec leurs amis et camarades de classe. 10% des petits israéliens ont même besoin d’un soutien psychologique désormais.

Elle a été publiée alors que près de 2,5 millions d’élèves israéliens, de la maternelle à la terminale, ont repris le chemin de l’école mercredi après les fêtes de Tichri. Pour les plus âgés et les adolescents, 83% sont littéralement devenus dépendants des écrans pendant la pandémie.

ES