(Crédit: DR)

La noix, un trésor-santé, la chronique du docteur Serge Rafal

Notre regard sur ce fruit à écale, dit aussi à coque, a changé car de nombreuses études ont mis en évidence son rôle bénéfique pour la santé alors qu’on le considérait il n’y a pas si longtemps comme un aliment certes savoureux mais beaucoup trop gras et trop calorique. Et cocorico, la France en est le premier producteur européen, les quatre principaux fournisseurs mondiaux étant la Chine, les Etats-Unis, l’Iran et la Turquie.

Voyons d’abord sa composition dont rien ne pouvait laisser supposer ses qualités : elle apporte en effet 14g de protéines, 11g de sucres et surtout 64g de graisses, majoritairement des AGPI fort heureusement, pour 100g de fruit. Pour information, une noix pèse autour de 10g, 30g de noix, c’est environ 10-12 cerneaux. Ses bienfaits-santé tiennent donc d’abord à sa richesse en AGPI dont on sait à présent avec certitude le rôle protecteur contre les maladies cardio-vasculaires et le DT2. Elle est en outre riche en vitamines du groupe B qui boostent l’organisme, en Cu anti-infectieux, en Sé et Zn aux propriétés antioxydantes, en magnésium à l’action neuro-musculaire fort intéressante. Et elle contient également un peu de fibres (5,5g/100g) qui lui procurent des vertus laxatives et peut-être une protection contre le cancer du côlon.

Une étude menée sur plus de 93 000 Américains, suivis durant vingt ans, a révélé que la consommation de plusieurs portions de noix par semaine était associée à un peu plus d’une année supplémentaire d’espérance de vie, grâce en particulier à une mortalité cardio-vasculaire moindre et un meilleur contrôle de la TA.

Une poignée de noix quotidienne protégerait la cognition et diminuerait les risques de développer une maladie d’Alzheimer, tout en ralentissant son évolution chez une personne atteinte.

Une étude espagnole, qui a regroupé plusieurs dizaines de jeunes gens, a mis en évidence une corrélation entre sa consommation régulière et leur fertilité : la quantité et la qualité de leur sperme ont été améliorées par la consommation de 60g/jour.

Alors qu’on déconseillait plutôt les noix pendant la grossesse, une étude américaine publiée en 2012 a montré que sa consommation réduisait le risque pour le bébé de développer asthme et allergie. Et une étude + récente, datant de 2019, a mis en évidence un lien entre sa consommation pendant le premier trimestre et un meilleur développement neurologique du futur nouveau-né.

La noix contient de l’acide oxalique d’où la nécessité de faire attention en cas d’antécédents de ce type de calcul rénal. Et elle est chez certains, responsable d’aphtes.

Certes la noix est un aliment-santé mais à consommer avec modération, pas plus de 3-4 par jour. Elle apporte tout de même 700 calories pour 100g. Rappelons qu’un mille-feuilles, c’est à peu près 300 calories et une tarte aux noix près de 400. Alors faites-vous plaisir mais allez-y mollo, un aliment même s’il est dit-santé ne peut être ingéré à volonté. 

Docteur Serge Rafal