(Crédit: Twitter)

Un projet de loi d’1 milliard de dollars pour financer le Dôme de fer présenté au Congrès

Les démocrates américains ont présenté mercredi soir un projet de loi séparé pour fournir à Israël 1 milliard de dollars (850 millions d’euros) pour son système de défense antimissile Dôme de fer après que le financement a été supprimé d’un projet de loi de dépenses du gouvernement sous la pression des législateurs progressistes.  « L’engagement des États-Unis envers la sécurité de notre ami et allié Israël est à toute épreuve. Le réapprovisionnement des intercepteurs utilisés pour protéger Israël des attaques est notre responsabilité légale et morale », a déclaré mercredi la présidente des crédits de la Chambre, Rosa DeLauro, la démocrate du Connecticut qui a présenté le projet de loi.

« Alors que ce financement serait normalement inclus dans un programme de dépenses de fin d’année, nous avançons maintenant cette législation pour démontrer l’engagement bipartite du Congrès envers la sécurité d’Israël dans le cadre d’un Moyen-Orient avec une paix durable », a-t-elle ajout.

La clause approuvant la somme énorme pour réapprovisionner les systèmes anti-missiles israéliens Dôme de fer – qui sont cruciaux pour protéger les villes israéliennes contre les attaques de roquettes et dont les stocks ont été quelque peu épuisés  pendant la guerre de Gaza en mai – avait provoqué un blocage à la Chambre des représentants : les dirigeants démocrates ont cherché à aller de l’avant un projet de loi visant à augmenter le plafond de la dette alors que les progressistes du parti, qui critiquent Israël, ont affirmé qu’ils ne voteraient pas pour cela s’il incluait le financement du Dôme de fer.

Après que le financement ait été supprimé du projet de loi de dépenses, le chef de la majorité à la Chambre des États-Unis, Steny Hoyer, a souligné mardi qu’il serait soumis à un vote séparé cette semaine. Son annonce est intervenue sous la pression des représentants démocrates pro-israéliens Ted Deutch, Kathy Manning, Josh Gottheimer, Ritchie Torres, Brad Schneider et d’autres, qui étaient furieux de la décision.

Gabriel Attal