(Crédit: mémorial Babi Yar)

L’Ukraine adopte une loi définissant l’antisémitisme

Le parlement ukrainien a adopté mercredi 22 septembre une loi définissant l’antisémitisme et l’interdisant dans le pays. Le projet de loi a été approuvé par 283 voix, en attendant l’approbation du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, pour l’entrée en vigueur. « L’absence d’une définition claire de l’antisémitisme dans la législation ukrainienne ne permet pas de classer correctement les crimes commis sur sa base », ont affirmé les législateurs qui ont rédigé le projet de loi.

La loi définit l’antisémitisme comme la haine des Juifs, y compris les attaques contre la minorité, les déclarations fausses ou haineuses à leur sujet, ou le refus de l’extermination massive des Juifs ukrainiens pendant l’Holocauste. Endommager des bâtiments et des institutions religieuses relève également de la définition. Conformément à la nouvelle loi, les victimes d’antisémitisme pourront demander réparation pour préjudice moral et matériel.

Le chef de l’Organisation sioniste mondiale Yaakov Hagoel a salué cette décision. « Je félicite le parlement ukrainien d’avoir fait un précédent. C’est une étape importante dans la longue lutte internationale » contre l’antisémitisme, a-t-il souligné, exprimant l’espoir que Zelensky – qui est juif – signera la loi, ce qui en fera « un modèle pour parlements du monde entier. »

Gabriel Attal