(Crédit: DR)

Prévenir et traiter les ampoules, la chronique du docteur Serge Rafal

Les apoules sont très fréquentes en période estivale à cause de la chaleur et d’une pratique plus intensive mais également à la rentrée avec l’achat de nouveaux matériels et éventuellement une reprise d’activité trop rapide. Elles sont le plus souvent liées à un frottement des chaussures et touchent par conséquent surtout les pieds et tout particulièrement le talon et le 5ème orteil. Mais les tennismen ou les golfeurs ne sont évidemment pas à l’abri et sont volontiers ennuyés par des ampoules sur les doigts.

Le frottement répété est responsable d’un échauffement excessif de la peau qui rougit et dont la couche superficielle se décolle. Quand ce frottement est lent, la peau se défend en s’épaississant. Si le frottement est intense et rapide, il se forme une petite cloque qui se remplit d’un liquide amortisseur. Elle peut ensuite s’ouvrir, entraîner une ulcération de la peau et s’infecter, ce qu’il faut absolument éviter. Elle est bien sûr plus souvent gênante que grave.

On peut prévenir les ampoules et c’est même impératif. Il faut tout d’abord vous équiper de bonnes chaussures, vraiment à votre pointure, et comme on dit « les faire ». Attention en particulier aux chaussures neuves choisies légèrement trop grandes car elles risquent de frotter plus à l’effort prolongé que des plus petites qui, elles serrent seulement. Et ne partez pas pour un long footing ou un raid avec des chaussures que vous venez d’acheter ou qui sont mal adaptées à l’effort demandé : on ne court pas plus un marathon avec des chaussures de tennis, a fortiori neuves, qu’on ne joue au tennis avec des baskets ou des chaussures de jogging sous peine de souffrir d’ampoules mais également d’être victime d’une tendinite d’Achille ou d’une entorse de la cheville ; – Les chaussettes sont également très importantes afin de limiter l’humidité, la chaleur, le frottement. Aucune activité sportive ne doit s’effectuer sans en porter, même et surtout s’il fait chaud. Elles doivent être en coton, lavées après chaque usage ; – Les pieds enfin, doivent faire l’objet de soins attentionnés, en les hydratant bien avec des crèmes le soir et en protégeant au moment de l’effort les zones de frottement avec du talc, du sparadrap ou un pansement hydrocolloïde, spécial-ampoules ; – Pour le jardinage ou les travaux ménagers, n’hésitez-pas à utiliser du talc ou à mettre des gants.

Il faut éviter de percer l’ampoule, au risque de ralentir la guérison ou de favoriser une infection. Et si elle est déjà percée, il ne faut surtout pas enlever la peau, qui fait office de pansement pendant la cicatrisation. Si la chair est à vif, on nettoie la plaie avec de l’eau savonneuse puis un antiseptique type Biseptine°. On laisse sécher à l’air libre ou on pose dessus un pansement stérile ou un hydrocolloïde. Une ampoule cicatrise généralement en 1 à 2 semaines. Les personnes à risques (diabète, immunodéprimées, système veineux en mauvais état) doivent facilement solliciter un avis médical.

Chez les personnes à risques comme je viens de le dire ; – Si l’ampoule est très étendue ; – Si on note ou si on a un doute sur une éventuelle infection ; – Si la cause n’est pas un frottement ou une brûlure.

Un proverbe chinois dit que celui qui porte des chaussures ignore la souffrance de celui qui marche pieds nus. C’est vrai mais je conseillerais, vous l’avez compris, de bien prendre soin des deux.

Docteur Serge Rafal