(Crédit: DR)

Kippour, joie et expiation

Après Roch Hashana et le jugement divin, voici la fête de Kippour, la deuxième du mois saint de Tichri. Aussi étonnant que cela puisse paraître c’est un des deux jours les plus joyeux du calendrier juif avec Tou Beav (15 Av, l’équivalent de la Saint Valentin dans le calendrier hébraïque). La Mishna décrit comment les Juifs d’Israël ont vécu Yom Kippour il y a deux millénaires. Il déclare que Yom Kippour et Tou Be’av étaient des jours où l’on s’habillait en blanc et dansait dans les champs, invitant à de nouvelles relations et à de nouvelles entreprises. 

C’est aussi le jour le plus saint de l’année, celui où nous sommes le plus proches de D.ieu et de la quintessence de nos âmes. « Car en ce jour, Il fera expiation pour vous purifier de toutes vos fautes, afin que vous soyez purifiés devant D.ieu. » (Levitique 16:30)

Que signifie Yom Kippour ? « Le jour des expiations », mais que signifie « expiation » ? À quand remonte la dernière fois que vous avez utilisé « expiation » dans un texte ou une conversation informelle ? Kippour, ou Kapara, signifie littéralement « nettoyage ». Tout comme la coutume est de porter du blanc et d’imiter les êtres célestes qui ne mangent pas (les anges), la journée elle-même est un moment joyeux pour se recharger, se renouveler. Comme si nous sortions d’un bain rituel, nous sortons à nouveau de Yom Kippour – avec un nouvel espoir, un nouveau potentiel et de nouveaux commencements devant nous.

La Torah nous adjoint « d’affliger nos âmes ». Pour cela, les cinq interdits de la fête sont: ne pas manger ni boire, ne pas se laver, ne pas s’enduire de lotions ou de parfums, ne pas porter de chaussures en cuir et ne pas avoir de relations conjugales. Le matin au réveil, il est par exemple permis de nous laver le bout des mains (jusqu’à la deuxième phalange) et de se nettoyer les yeux.

Mais quelle faute devons-nous nous faire pardonner ? Cela remonte à l’année 2448 lorsque les Bnei Israël étaient dans le désert après la sortie d’Egypte. Ils ont construit un veau d’or alors que Moïse montait sur le mont Sinaï pour écrire les Tables de la Loi. Après deux périodes de 40 jours sur la montagne, le pardon divin total fut obtenu. Le jour où Moïse descendit de la montagne (le 10 Tichri) serait désormais connu comme étant le Jour de l’Expiation : Yom Kippour. On se rend à la synagogue toute la journée.

Une des habitudes de la fête est les kaparot. Cela consiste à faire tourner autour de sa tête un poulet. Si on n’en a pas la possibilité, il est possible de remplacer par de l’argent. Les kaparot peuvent se faire pendant les 10 jours de teshouva entre Rosh Hashana et Kippour mais l’habitude est de les faire le matin avant Kippour. Il est également de coutume de manger plusieurs repas durant la journée, un dans l’après-midi et un avant le jeûne (seoudat mafsseket).

Horaires du jeûne à Paris et région parisienne: entrée à 19h45, sortie à 20h49.

Tsom kal (bon jeûne) et gmar hatima tova (une bonne signature).

Gabriel Attal