(Crédit: Twitter)

Othman Nasrou sur Radio J: « Il y a un délitement de l’autorité de l’Etat, la peur du gendarme n’est plus »

Othman Nasrou (LR), vice-président de la région Ile-de-France, était au  micro de Christophe Barbier ce mardi matin dans l’émission Le Barbier du Matin à 7h45 sur Radio J.  

La rentrée semble déjà compliquée dans les quartiers. Mariage troublé à Val-de-Reuil,  maire enfariné, incidents face aux policiers à Corbeil ; ces événement traduisent des  difficultés sécuritaires locales. « Il est clair qu’il y a un délitement de l’autorité de l’Etat, la  peur du gendarme n’est plus, il y a des gens qui sentent que la réponse pénale n’est pas efficace. C’est difficile à admettre mais l’Etat semble de moins en moins capable  d’assurer la sécurité sur ces territoires » explique l’ancien élu trappiste.  

Des failles sécuritaires auxquelles le Président Emmanuel Macron entend remédier. Le  chef de l’Etat va annoncer ce mardi à Roubaix un plan pour renforcer la sécurité. Othman Nasrou attend du concret. « Nous attendons surtout les 15 000 places de prison qu’il avait annoncé et qui ne sont pas une réalité aujourd’hui, à peine 200 ont été livrées à  la fin de l’année dernière. Chaque année, des milliers de peines ne sont pas exécutées.  Les juges ont l’impression de prononcer des peines fictives, l’Etat doit être implacable à  fois sur la réponse pénale mais aussi sur les conditions de travail des forces de l’ordre en  leur donnant les moyens de réaliser leur mission. ».  

Des quartiers sensibles où pèsent parfois un climat communautaire. À Val-de-Rueil, des  Kurdes ont affronté des Sénégalais, à Trappes, il y a eu un vote communautaire, une  tendance de plus en plus fréquente. « Il y a parfois ce que j’appelle des entrepreneurs  identitaires qui cherchent à enfermer les gens dans leur religion, leur couleur de peau,  leurs origines et qui instrumentalisent ces données là pour en faire des arguments  électoraux. C’est regrettable, mais il y a des élus locaux qui jouent avec le feu en  expliquant aux habitants « la France ne vous aime pas, moi je vous aime votez pour  moi ».  

Un sentiment qui fait dire à certains français qu’ils ne sont plus chez eux sur lequel surfe  Eric Zemmour. L’éditorialiste met en avant les prénoms, signe d’intégration. « Je ne vais  pas commenter la candidature de quelqu’un qui n’est pas candidat. En tous cas, il est plus facile de commenter l’actualité tous les jours sur une chaîne que de devenir un  acteur politique. On ne peut pas être candidat à une présidentielle lorsque l’on a qu’un seul thème : l’immigration, l’identité. Je crois que la candidature de Zemmour n’est pas crédible. » 

Concernant la candidature à la présidentielle de la Maire de Paris, Anne Hidalgo, Othman  Nasrou est catégorique « elle voudrait doubler le salaire des enseignants mais la seule  chose que Mme Hidalgo a doublé c’est la dette de Paris ! Quel est le projet qu’elle défend  pour la France ? Si c’est de la même trempe, ce n’est pas envisageable ». 

Enfin, si Xavier Bertrand n’est pas en faveur d’une primaire à droite, Othman Nasrou en  souligne la nécessité. « Il y a aura une candidature unique. Les candidatures en lice sont  légitimes mais il faut les départager avec un vote. On ne peut pas aller à la présidentielle sans une primaire ».

Alexandra Senigou