(Crédit: DR)

Le point sur le Coenzyme Q10, la chronique du docteur Serge Rafal

Cette substance, la Coenzyme Q10, que je considère comme fort intéressante n’est effectivement pas très connue et par conséquent pas suffisamment utilisée alors qu’elle participe activement à la production d’énergie, permettant ainsi à l’organisme de mieux fonctionner et de se protéger, ce qui n’est pas un luxe actuellement.

Ca n’est pas une vitamine car une vitamine (= amine vitale) par définition, n’est pas synthétisée par l’organisme. Or, le CoQ10 est en partie produit par l’intestin, ce qui l’exclut stricto sensu mais il en a quasiment le même rôle essentiel à la vie. Le CoQ10 est généralement de l’ubiquinone, ce qui rend compte d’un domaine d’action ubiquitaire donc étendu. Il est proche chimiquement de la vitamine K, mais n’a pas ses propriétés sur la coagulation. Il possède de remarquables vertus antioxydantes dont je vous parle souvent car elles sont vraiment essentielles à la santé. C’est ainsi qu’il participe à la perméabilité, la fluidité, la stabilité des membranes cellulaires, facilitant les échanges et les protégeant des dommages occasionnés par les radicaux libres. Il est en outre indispensable à la santé cardiaque.

On le trouve dans de petites centrales énergétiques, les mitochondries, présentes dans toutes les cellules principalement musculaires dont bien sûr le cœur. Mais également dans le tube digestif, les reins, la prostate.  

Les causes de la carence en coenzyme Q10 sont principalement le vieillissement car sa synthèse diminue avec l’âge : à 50 ans, sa production a déjà chuté de moitié, et des 2/3 à 80 ans. D’autres causes favorisent sa diminution puis sa carence : le stress, le sport intensif, la consommation d’alcool, le tabac, la prise de certains médicaments (antidiabétiques, anti-HTA, bétabloquants, statines). 

De nombreuses maladies et pathologies dont le cancer, le diabète, les maladies cardio-vasculaires peuvent entraîner sa carence. C’est ainsi que s’organise une boucle délétère où sa baisse favorise la maladie qui aggrave sa diminution qui entretient la maladie… et ainsi de suite.

Les symptômes de sa carence sont surtout une grande fatigue avec une baisse d’énergie qui peut se traduire par un manque de tonus majeur, des douleurs musculaires et parfois un dysfonctionnement cardiaque avec des palpitations. Elle peut également entraîner des manifestations cutanées (peau ridée et fatiguée) ce qui explique sa présence dans de nombreux cosmétiques. 

On trouve CQ10 dans la viande (bœuf, poulet), les poissons gras (hareng, sardine), les huiles (colza, soja), les oléagineux (amande, noix, pistache), le sésame mais en petites quantités : 100 g de poulet en apportent moins de 2 mg, une portion de truite saumonée, moins de 1 mg, 1 c à soupe d’huile de colza, 1 mg. Il est donc le plus souvent nécessaire, surtout après 50 ans, d’en apporter régulièrement sous forme de complément.

Les apports recommandés: autour de 10 mg par jour mais les besoins réels peuvent être 5 à 10 fois plus élevés, selon le contexte (l’âge, l’activité, les pathologies). On trouve en (para)pharmacie des gélules dosées à 30, 60, 100 mg qu’on peut prendre ponctuellement ou de façon plus prolongée. Et privilégier l’Ubiquinol qui est la forme de CoQ10 la mieux absorbée. 

Il est vous l’avez compris le plus souvent prescrit dans les grandes fatigues (sportifs de haut niveau comme patients en chimiothérapie). Il semble également intéressant dans la prévention des maladies neuro-dégénératives (Alzheimer et autres démences, Parkinson) et des maladies cardio-vasculaires. Les malades sous statines, les médicaments qui font baisser le cholestérol, devraient en prendre systématiquement. 

Comme le CoQ10 est mieux absorbé en présence de graisses, il est préférable de le prendre au moment des 3 repas. 

Aucune contre-indication connue mais par prudence, l’enfant, la femme enceinte et allaitante.

Le CoQ10 est un complément alimentaire que je vous ai fait découvrir mais que vous devez à présent commencer à utiliser… peut-être dès le prochain coup de pompe. 

Docteur Serge Rafal