(Crédit: Police israélienne)

Des croix gammées taguées sur des synagogues à Bnei Brak

Des croix gammées ont été taguées sur les murs de deux synagogues à Bnei Brak samedi, la police israélienne ayant ouvert une enquête sur l’acte antisémite de vandalisme. « Un sentiment de choc et de consternation a rempli la communauté priant à Young Israel », a déclaré le rabbin de la synagogue, Asher Landau. « De nombreux survivants de la Shoah, fils de survivants de la Shoah, prient dans cette synagogue. »

Des photos de Shira Banki, qui a été assassinée lors du défilé de la fierté de Jérusalem en 2015, ont été mises devant l’entrée de la synagogue Young Israel. Vendredi marquait le sixième anniversaire du meurtre. En 2005, Yishai Schlissel, un résident haredi de Modi’in Illit, a poignardé plusieurs personnes lors du défilé de la fierté de cette année-là ; il a purgé 10 ans de prison jusqu’à sa libération, quelques semaines seulement avant de commettre l’attentat de 2015, où il a poignardé six personnes lors du défilé de Jérusalem, dont Shira Banki, décédé trois jours plus tard. Ori Banki, le père de Shira, a qualifié l’utilisation de l’image de sa fille dans un acte de vandalisme de « coup de poing dans le ventre. Cet acte dégoûtant est le contraire de ce en quoi Shira croyait », a déclaré son père dans une interview à la radio 103FM dimanche. « Celui qui a fait cela n’est pas seulement un criminel, il doit avoir un problème avec sa compréhension de la réalité. »

Gabriel Attal