(Crédit: chaîne de la Knesset)

Itamar Ben Gvir retiré de force de la tribune de la Knesset après avoir qualifié Ahmed Tibi de « terroriste »

Le député d’extrême droite Itamar Ben Gvir (Sionisme religieux) a été retiré de force de la tribune de la Knesset et expulsé de la salle plénière lundi soir après avoir qualifié le député de la Liste arabe unie Ahmed Tibi, qui présidait la session, de « terroriste ». Ben Gvir, qui est monté sur le podium lors d’un débat sur les restrictions liées aux coronavirus, a commencé son allocution en déclarant : « Avec l’autorisation du président de la Knesset, Monsieur le ministre, votre excellence », faisant référence aux dignitaires dans la salle mais notamment pas à Tibi. , qui, en tant que vice-président de la Knesset, remplaçait le président Mickey Levy. Tibi, qui dirige la faction Ta’al dans le parti à majorité arabe israélienne de la Liste arabe unie, a interrompu Ben Gvir et a demandé à être traité comme « M. vice-président », comme le veut la tradition de la Knesset. Ben Gvir a répondu : « Vous êtes un terroriste, pas un monsieur ou un M. Vous devriez être à la Knesset en Syrie, pas ici. »

Tibi a ensuite ordonné à la garde de la Knesset de retirer Ben Gvir du podium puis du plénum, ​​mais le député s’est accroché au podium avant d’être physiquement traîné hors de la salle. Levy, qui est arrivé aux côtés de Tibi, a semblé le soutenir alors que Tibi exigeait à plusieurs reprises que Ben Gvir soit retiré de force du plénum.

Les troubles dans la salle se sont poursuivis pendant plusieurs minutes, alors que des députés du Likud discutaient avec Tibi qu’il aurait dû rechercher une résolution plus pacifique, tandis que Tibi a affirmé qu’il avait fait preuve de « la plus grande retenue » envers un député qui l’avait traité de terroriste.

A la suite de l’incident, Ben Gvir a refusé de reculer, déclarant : « Ahmed Tibi est un terroriste qui a donné aux agents de sécurité des instructions contraires à son autorité. Cela ne se passera pas tranquillement ». Il a poursuivi : « Il n’y a aucune clause dans les règles de la Knesset qui m’oblige à dire ‘M.’ à quiconque dirige la session plénière, certainement pas s’il s’agit d’un terroriste qui était le conseiller [de l’Organisation de libération de la Palestine Yasser] Arafat et qui devrait être au parlement syrien. »

Gabriel Attal