(Crédit: DR)

Anne Genetet sur Radio J: « La vaccination est le seul moyen de pouvoir lutter contre cet ennemi invisible »

Anne Genetet, députée des Français de l’étranger, était l’invitée de Cyrielle Cohen ce mardi matin sur Radio J, à 7h45. Elle est revenue sur l’actualité parlementaire et le pass sanitaire.

Après quatre jours et quatre nuits consécutifs de débats parfois houleux, le Parlement a enfin trouvé un accord concernant l’extension du pass sanitaire. Les nouvelles mesures ne font toutefois pas l’unanimité et doivent encore être validées par le Conseil constitutionnel le 5 août prochain. Pour Anne Genetet, le texte obtenu est le « fruit d’une vision du président de la République. Il a ensuite fait l’objet d’un texte proposé par le gouvernement et d’un débat très nourri et de près de soixante heures avec les députés et les sénateurs ». Le débat en question a finalement permis d’enrichir le texte, de l’amender et de « tomber sur un équilibre très délicat entre la protection de la santé de tous et la restriction possible des libertés de chacun. Ça n’est pas forcément un texte parfait mais c’est le meilleur texte que l’on pouvait trouver après tous ces débats ».

Certains dénoncent les mesures prises par le gouvernement et considèrent qu’elles sont liberticides. Ce week-end, 161 000 personnes ont d’ailleurs manifesté. Elles étaient 40 000 de plus que le week-end précédent. Malgré cela, la députée des Français de l’étranger rappelle qu’il ne faut pas oublier que de l’autre côté se trouvent plus de 32 millions de citoyens qui sont totalement vaccinés et qui ont déjà leur pass sanitaire valable. « Ensuite, il y a 161 000 personnes parmi lesquelles il y a une grande diversité de points de vue. Certains ont un doute sincère par rapport à la vaccination. […] J’entends qu’on puisse se poser des questions sur la mise en œuvre mais, aujourd’hui, c’est le seul moyen de pouvoir le plus rapidement possible lutter contre cet ennemi invisible qui va beaucoup plus vite que nous ».

Et Anne Genetet poursuit : « Parmi ceux qui s’opposent avec presque dogmatisme à la vaccination c’est clairement de l’irresponsabilité et de l’égoïsme. Mais, n’oublions pas que parmi ceux qui ne sont pas vaccinés il y a tout simplement des gens qui sont en train de le faire. Certains attendent ». Elle témoigne de surcroît de son étonnement face aux soignants qui ne souhaitent pas se faire vacciner. « Nous avons déjà une obligation vaccinale pour certains vaccins donc je ne comprends pas cette réticence et cette argumentation qui est adossée derrière. Il faut absolument se faire vacciner ».

Au 1e août, les Français seront normalement contraints d’avoir un pass sanitaire pour se rendre dans les bars, cafés et restaurants. Les mineurs à partir de 17 ans pourront aussi se faire vacciner sans autorisation parentale. Les 12/17 ans devront quant à eux, à partir du 30 septembre, fournir le fameux QR Code. La loi du pass sanitaire indique également que les licenciements ne seront pas imposés aux personnes qui ont des métiers exposés : les médecins, les infirmières et les autres qui ne souhaiteraient pas se faire vacciner. Toutefois, il y aura une retenue concernant leur salaire. Anne Genetet explique qu’il y aura « une suspension de l’activité et du salaire le temps que la personne se conforme à ce qu’on lui demande : de se faire vacciner et le QR code [qui peut être une preuve] d’un test négatif et d’un certificat de rétablissement ». Pour elle, il ne faut encore une fois pas oublier que déjà plus de 32 millions sont totalement vaccinées, que 50 millions le seront d’ici la fin du mois d’août et, qu’ensuite, il restera environ 7 millions de personnes non-vaccinées, parmi lesquelles beaucoup d’enfants de 12 à 18 ans. 

Dans le même temps, l’obligation vaccinale fait l’objet d’un important flou juridique. Le Conseil indique dans une loi que les employés qui ne se plient pas à la vaccination obligatoire peuvent être licenciés dans un délai de deux mois. Une ligne que les parlementaires ont néanmoins supprimée et qui fait grincer des dents le ministère du Travail. Anne Genetet précise que l’objectif principal est de « protéger tout le monde. On ne peut pas garder, dans notre société, des personnes qui, par pur dogmatisme, s’opposeraient à ce qui nous protège tous ». 

En tant que députée des Français de l’étranger, elle a œuvré à trouver des solutions pour un pass sanitaire européen. Elle a aussi travaillé pour régler le problème de l’incompatibilité du QR Code généré en dehors de la France sur l’application Tousanticovid. Quelles mesures concrètes ont été prises pour que les expatriés et les touristes puissent rentrer dans leur pays ? En Europe, nombreux sont ceux à avoir des pass qui permettent de justifier de la vaccination, d’un test négatif ou d’un rétablissement. Toutefois, aux États-Unis, « il y a autant de systèmes que d’États américains qui ne parlent pas entre eux. La Commission européenne s’est saisie du sujet très tôt et a permis que les clés de décryptage de ces outils numériques dans chacun des 27 pays membres soient mis en commun sur une plateforme. Aujourd’hui, nous pouvons par exemple facilement convertir notre pass italien en pass français ». Nous avons aussi le pass britannique depuis le 9 juillet. La Commission européenne a par ailleurs entamé plusieurs négociations avec certains États, comme le Canada et quelques États américains. 

Anne Genetet ajoute que, pour les autres, « se pose la question de savoir comment ils ont été vaccinés afin qu’ils puissent avoir accès au pass sanitaire ». Par ailleurs, les tests PCR en France sont gratuits. Ces personnes-là en ont donc facilement accès. Puis, pour les personnes vaccinées, elle explique qu’elles doivent avoir un vaccin homologué par l’Union européenne et un outil sera disponible dès le 2 août qui permettra aux Français, depuis le pays où ils sont, de présenter leur document, « de tout envoyer par email sur une adresse qui sera dédié au ministère des affaires étrangères et on leur enverra un QR code ».

N’importe qui peut donc rentrer en France. « Il faut, dans tous les voyages aériens, présenter un test PCR négatif de moins de 72 heures, 48 heures pour quelques pays rouges. […] Le pass sanitaire peut être validé à l’avance quand on a eu un vaccin homologué. On peut même le faire avant la promulgation de la loi. Reste le cas de ceux qui ont un vaccin non-homologué. C’est un peu différent. Nous n’avons pas à l’heure actuelle de solution. Nous avons un protocole qui est en cours de validation par le professeur Fischer du comité d’orientation de la stratégie vaccinale et qui nous dira si on peut compléter la vaccination par une dose d’un vaccin ARN, auquel cas le pass sanitaire sera valable sept jours après ».

Que signifie finalement le pass sanitaire européen ? Qui sont ceux qui sont hors de la zone Europe et qui ont été vaccinés ailleurs ? « Nos Français qui viennent d’un pays tiers à l’Union européenne, pourront voyager dans l’ensemble du territoire ». Il s’agit d’un pass européen et non mondial puisqu’il faudrait que « tous les pays se mettent d’accord et aient les mêmes outils. On y arrivera », conclut Anne Genetet. 

Cécile Breton