(Crédit: DR)

Marlène Schiappa sur Radio J: « Je crois que l’amitié entre la France et Israël est très forte et doit durer »

Marlène Schiappa, ministre déléguée à la citoyenneté, était l’invitée de Eva Soto ce mercredi matin sur Radio J, à 8h50. Elle est revenue sur sa rencontre avec Pnina Tamano-Shata, ministre israélienne de l’Alya et de l’intégration, mardi 20 juillet à l’occasion de la commémoration de l’attentat à l’Hyper Cacher de Vincennes en janvier 2015.

Il s’agissait de son premier voyage en France en tant que ministre. En visite depuis le 18 juillet dernier en France, Pnina Tamano-Shata s’est rendue ce mardi 20 juillet à Paris à la cérémonie à la mémoire des victimes de l’attentat terroriste de l’Hyper Casher – attentat au cours duquel 4 juifs (Yohan Cohen, Yoav Hattab, Philippe Braham et Jean Michel Saada) avaient été tués en janvier 2015. 

Dans un discours, devant l’Hypercasher, Pnina Tamano-Shata a rappelé à quel point cet évènement a choqué le monde, le peuple juif et l’État d’Israël : 

« L’atteinte aux Juifs de France est une atteinte à tous les citoyens français, aux valeurs de la France. L’antisémitisme, la violence physique et des mots entraîne souvent la perte. […] Les jeunes qui étaient venus pour faire leurs courses étaient totalement innocents et n’avaient rien fait de mal. C’est une haine qui nous jette dans des ravins et dans des profondeurs. C’est ensemble, en coopérant, que le gouvernement français, le gouvernement israélien et tous les gouvernements et démocraties pourront lutter contre ce fléau ».

Quelques minutes avant de se joindre à la cérémonie, Marlène Schiappa était donc au micro d’Eva Sotto sur Radio J. Elle s’est adressée aux Français juifs qui souhaitent s’installer en Israël : « Je veux dire aux Juifs qui sont en France que la France fait tout pour assurer leur sécurité. Nous protégeons les lieux de culte, les écoles. La France est leur pays ».

Et la ministre française déléguée à la citoyenneté poursuit : « Je crois que l’amitié entre nos deux pays est très forte et doit durer, que ce soit pour des Français qui veulent aller en Israël, des Israéliens qui veulent venir en France ou des Juifs de France qui veulent rester en France. Quelque soit leur choix on doit pouvoir les accompagner et surtout garantir leur sécurité. C’est fondamental dans une période où il y a de plus en plus d’actes et de paroles antisémites ».

Par ailleurs, Marlène Schiappa est revenue sur l’intégration des nouveaux immigrants français en Israël, et en a vanté le modèle israélien, notamment en matière d’apprentissage de la langue. Car l’Etat Juif n’ignore pas les difficultés de chaque communauté, dans un schéma à mi-chemin avec les États-Unis.

Ainsi, pour la ministre de la citoyenneté, il faut s’inspirer d’Israël : « On a des dispositifs assez similaires sur certains sujets. En France aussi l’apprentissage de la langue est très important, l’école est un sujet important. Nous avons renforcé le nombre d’heures de français pour permettre aux personnes de s’intégrer ».

Aujourd’hui, Israël et la France peuvent par ailleurs se réjouir d’avoir des ministres nés en dehors de leur territoire. De véritables modèles d’intégration, et 

Pnina Tamano-Shata est en est le parfait exemple, puisqu’elle est née en Ethiopie, est arrivée en Israël à trois ans puis est devenue ministre à 30 ans. Une sucess-story qu’évoque Marlène Schiappa : « En France, on a des ministres comme Cédric O qui est né sur le continent asiatique ou Laura Flessel, la championne d’escrime. Il y a beaucoup de ministres aussi issus de milieux populaires ».

Et la ministre conclut : « Moi-même j’ai grandi dans un HLM. Je n’ai pas fait d’études. Je suis autodidacte. Je pense que quand on travaille c’est possible. Et c’est quelque chose de très commun entre la France et Israël. Ces deux pays accordent beaucoup d’importance à la valeur du travail et le fait d’essayer de prendre en main son destin. L’amitié franco-israélienne est aussi fondée sur ces valeurs communes ».

Cécile Breton