(Crédit: DR)

Les antivax, un historique de 3 siècles, la chronique du docteur Serge Rafal

L’antivaccinisme, toujours présent et opérant, naît avec la 1ère inoculation contre la variole en 1722. L’opposition est d’abord scientifique mais aussi religieuse. La première vaccination proprement dite, celle de Edward Jenner, a lieu un peu plus tard en 1798. Il prélève du pus sur des humains infectés par le cow-pox, maladie infectieuse de la vache, qu’il injecte à des personnes indemnes pour les protéger de la petite vérole ou variole, maladie très proche. La première protestation et première fake news apparaît avec la thèse de la « minautaurisation » possible de la personne vaccinée.

Dans la mythologie grecque, le Minautore est un monstre fabuleux au corps d’homme et à la tête de taureau, enfermé dans un labyrinthe, construit par Dédale au centre de la Crète. Il sera, vous vous en souvenez certainement, libéré par Thésée, grâce au fil d’Ariane qui lui permettra de trouver la sortie et de recouvrer la liberté. Et bien on promet à la personne vaccinée de se « minautauriser », c’est à dire de devenir mi humain, mi animal (vache ou taureau) !

La vaccination prend son essor avec Pasteur. Et les polémiques également puisqu’il était chimiste de formation. A l’opposition scientifique et corporatiste avec les médecins s’en ajoutent deux autres avec les communards car Pasteur est plutôt un homme de l’Empire… et qu’il est en outre administrateur du Crédit Foncier. Les opposants à la vaccination commencent à avancer des arguments politiques et à soulever les liens et les conflits d’intérêt… toujours entendus actuellement.

Le respect de la nature de J-J Rousseau (« Tout est bien sortant des mains de Dieu, tout est mal sortant de celles des hommes »). Le malthusianisme ou l’apologie de la sélection naturelle, initié par Malthus, un pasteur anglican, qui s’inquiète dès 1798, de l’accroissement de la population, un danger pense-t-il pour la survie de l’espèce qui est pourtant alors loin des 7 milliards et ½ d’habitants de 2021. Les épidémies sont pour lui des épisodes de sélection naturelle, qui permettent de limiter l’expansion de la population, en préservant ceux qui sont dignes de survivre. De nombreux autres groupes de pensée, la Scientologie, l’Anthroposophie, l’Eugénisme, les Témoins de Jéhovah, beaucoup d’Eglises évangélistes, les disciples de Paul Carton, prônent un mode de vie sain et naturel qui éloigne de la maladie ou l’écarte, ils sont contre la vaccination.

Le « libertarianisme » naît aux USA à la fin de la 2ème guerre mondiale. Il se base sur l’individualisme, le libéralisme classique et l’isolationnisme. L’Etat n’a pas vocation à s’ingérer dans la vie des gens, la doctrine n’interdit pas la vaccination mais s’oppose à son obligation. Il existe d’ailleurs une ligue pour la liberté des vaccinations qui a revêtu les habits neufs de la ligue des antivax de 1880 et refuse la vaccination obligatoire, sous couvert de liberté. Elle est très active et influente actuellement.

On s’aperçoit que le mouvement antivax ne sort pas de nulle part et qu’il est bien ancré dans l’histoire avec des considérations médicales, ps-scientifiques, politiques, religieuses, morales, financières. Nous verrons demain (mardi 20 juillet) sa façon de fonctionner et comment on peut s’y opposer.   

Docteur Serge Rafal