(Crédit: AJC)

Simone Rodan Benzaqen sur Radio J: « Le problème de l’antisémitisme en Angleterre est ancien »

Simone Rodan Benzaqen, directrice d’American Jewish Committee (AJC) Europe, était l’invitée de Laurence Kahn ce mardi matin sur Radio J, à 7h47. Elle est revenue sur la recrudescence de l’antisémitisme en Europe et aux États-Unis.

Dans certains pays d’Europe, mais également aux États-Unis, l’antisémitisme est en recrudescence. Au Royaume-Unis, le Brexit a aussi des répercussions que nous n’imaginions pas. Cet accord rend effectivement complexe l’importation de certains produits, notamment casher. Face à cette situation, Boris Johnson a notamment mis en garde par rapport à l’exode des Juifs en Irlande du Nord. Pour Simone Rodan Benzaqen, cette mise en garde « est fondée. Ni la communauté de Belfast, ni la communauté juive d’Irlande du Nord ne dispose d’un abattoir rituel, ce qui signifie effectivement que la viande casher rentre en réalité là-bas. La communauté juive de Belfast a expliqué que cela pourrait poser un problème pour la toute petite communauté. Il y a [donc] un risque que la viande casher ne puisse pas rentrer là-bas. Ensuite, le sujet est bien évidemment politique. C’est aussi une manière d’exercer une pression sur l’Union européenne ».

Malgré cette situation, la directrice de l’AJC Europe ne pense pas que cette situation peut mettre en péril la survie de la communauté. « La réalité c’est qu’il y a d’autres choses qui peuvent éventuellement mettre en péril la communauté juive d’Irlande : la situation de l’antisémitisme de manière générale, la situation très inconfortable à chaque fois qu’il y a un conflit entre Israël et Gaza. On sait aujourd’hui que l’Irlande est extrêmement critique sur la question d’Israël. »

Cette montée de l’antisémitisme est très implantée au Royaume-Uni depuis ces derniers mois. Cela est notamment lié aux hostilités entre Israël et le Hamas où, malgré le cesser le feu et la fin du conflit, les actes antisémites ont continué d’augmenter de manière très significative. Pour Simone Rodan Benzaqen, « le problème de l’antisémitisme en Angleterre est bien évidemment ancien. Mais, il se trouve effectivement que depuis quelques années ça augmente beaucoup. […] Le Royaume-Uni a un système bi-partisan un peu comme aux États-Unis avec deux très grands partis. Un des très grands partis a été totalement happé, embourbé dans l’antisémitisme, notamment beaucoup à cause de son patron Jeremy Corbyn. La question de l’antisémitisme, notamment à gauche en Angleterre, c’est presque une histoire ancienne. Je dirais plus largement que la réalité est comme un peu partout la même dans l’Occident. […] L’antisémitisme augmente beaucoup à gauche et à l’extrême gauche, mais aussi à l’extrême droite et aussi au sein de communauté musulmane ».

Il faut également savoir que le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et son homologue allemand, Heika Maas, ont appelé le 24 juin, à Berlin, à redoubler d’efforts pour lutter contre la résurgence de l’antisémitisme. Ils ont aussi annoncé le lancement d’une initiative pour chercher des formes innovantes permettant d’enseigner notamment la Shoah. « Aujourd’hui, une grande partie des Américains et même des Européens ne sait plus ce qu’est la Shoah et n’ont plus les enseignements de la Shoah. Pendant très longtemps on a pensé que l’enseignement de la Shoah pourrait prévenir de l’antisémitisme. On se rend compte aujourd’hui que ce n’est plus le cas. […] Il y a une nécessité non seulement de rappeler l’histoire, de connaître les détails de l’histoire ou même de faire appel à l’émotion. Je pense qu’il est très important de faire appel à l’intelligence et notamment à l’intelligence des enfants. Plutôt que de rentrer à travers les victimes, il faut rentrer à travers les bourreaux. [Autrement dit], il faut expliquer comment un système a pu se mettre en place dans un pays qui était l’Allemagne, qui était l’un des pays les plus civilisés, les plus éduqués de l’époque. »

Finalement, Simone Rodan Benzaqen explique que « l’Amérique vit aujourd’hui ce que nous ici, en Europe, vivons depuis vingt ans. Il se trouve que les choses se font beaucoup plus vite en Amérique et prennent une ampleur toujours plus grande. […] L’Amérique et la communauté juive n’étaient pas préparées. De la même manière qu’en Europe, une grande partie de la population considère qu’il faut lutter contre l’antisémitisme. […] Il y a aujourd’hui des poches très importantes de l’antisémitisme. C’est donc la responsabilité très importante des grands partis américains, républicains et démocrates de lutter contre l’antisémitisme au sein de leur parti politique ».

Cécile Breton