(Crédit: Twitter)

La première députée sourde de la Knesset prononce un discours en langue des signes

La députée Yamina, Shirly Pinto, première élue sourde de l’histoire de la Knesset, a prononcé lundi soir son premier discours en langue des signes devant le plénum de la Knesset. Shirly Pinto, dont les paroles ont été prononcées par son interprète, Liat Petcho, a remercié ses ancêtres de l’avoir amenée jusqu’ici. « Me voici, Shirly Pinto Kadosh », a-t-elle commencé, après une citation du livre des Psaumes. Elle a déclaré que son amour de l’État d’Israël, des traditions juives, des arts et de la culture lui est venu grâce à ses parents et grands-parents. « Ils ont répondu à chaque question que j’ai posée, et à chaque interrogation que j’ai présentée, ils m’ont rappelé chaque jour que là où il y a une volonté, il y a un chemin. »

« Aujourd’hui, je me tiens devant le plénum de la Knesset, où des générations de dirigeants israéliens se sont tenues », a-t-elle ajouté. « Je suis excitée et je suis fière ». « Je ne me tiens pas ici en mon seul nom », a précisé la députée Yamina. « À mes côtés se tiennent 1,8 million d’hommes, de femmes et d’enfants atteints de handicaps physiques, mentaux, émotionnels et intellectuels, ainsi que ceux atteints de maladies invisibles, comme le stress post-traumatique, qui ne sont pas en mesure de vivre pleinement leur vie dans l’État d’Israël en tant que citoyens égaux. »

Depuis la fondation de l’État d’Israël, a-t-elle déclaré, « Israël n’a pas réussi à apporter un soutien approprié aux personnes handicapées. Cette même population a été rejetée et complètement mise à l’écart. Elle a crié, mais n’a pas été entendue ». Shirly Pinto a promis d’être cette voix depuis son nouveau poste à la Knesset. « En mon nom et au nom de millions d’Israéliens handicapés et de tous les citoyens israéliens, je m’engage », a expliqué l’élue à la fin de son discours.

Suite à son discours, elle a reçu une standing ovation, composée d’un mélange d’applaudissements et de signes de la main (« applaudissements sourds ») par les membres de la Knesset présents.

Gabriel Attal