(Crédit: DR)

Ariel Schweitzer sur Radio J: « Le genou d’Ahed est un film qui interroge le mythe de la société israélienne »

L’historien du cinéma, Ariel Schweitzer était l’invité de Steve Nadjar dans le Grand Journal sur Radio J ce mardi après-midi. Le critique et enseignant à l’université de Tel Aviv est revenu sur le festival de Cannes où sept films israéliens sont en compétition (quatre longs-métrages et trois courts-métrages). « J’aime beaucoup ‘Le genou d’Ahed’, c’est un film extrêmement radical non seulement politiquement mais aussi esthétiquement. C’est un film qui poursuit la ligne que Nadav Lapid a commencé dessiner depuis son premier film, ‘Le policier’, c’est-à-dire que c’est un film qui interroge le mythe de la société israélienne notamment le mythe de la virilité, le militarisme israélien. C’est aussi un film qui dénonce de manière extrêmement virulente et frontale qui dénonce les entraves à la liberté d’expression en Israël. On peut voir le film comme une sorte de règlement de compte de Lapid avec l’ancienne ministre de la Culture, Miri Reguev qui a profondément et systématiquement critiqué ses films, notamment ‘Synonymes’ qui a gagné l’Ours d’or au festival de Berlin. Elle a critique ses films mais sans les avoir vus en traitant Lapid de cinquième colonne, qui donne une image négative d’Israël sans comprendre que le rôle principal de la critique n’est pas de donner l’image enjolivée de la société mais de la critiquer », a déclaré Ariel Schweitzer.