La Radio Juive

Emmanuel Hirsch sur Radio J: « En termes de responsabilité vis-à-vis de l’ensemble des nations, on doit se faire vacciner »

(Crédit: Wikimédia)

Emmanuel Hirsch, professeur d’éthique médicale, était l’invité de Christophe Dard ce jeudi matin sur Radio J, à 7h47. Il est revenu sur le débat autour de la vaccination obligatoire.

La possibilité d’une quatrième vague pour les prochaines semaines en raison de la progression du variant Delta est de plus en plus envisagée. Nous voyons également émerger le débat sur l’obligation vaccinale des soignants en France. Face à cela, se posent d’autres questions : celle de l’organisation et de la persuasion des politiques de santé publique mais aussi éthique. Pouvons-nous réellement obliger les individus, en particulier les soignants, à être vaccinés ? 

Dans une tribune du Figaro, Emmanuel Hirsch parle de « défiance à l’égard des pouvoirs publics. Cela est faute d’avoir su donner à comprendre la signification démocratique de cet engagement et de cette responsabilité ». Il ajoute que « ce qui est dramatique c’est qu’on a un débat dans l’urgence de vaccination. C’est un choix personnel qui engage nos responsabilités de la société en général. On a des obligations dans une vaccination. On se protège et on protège aussi les autres. C’est un acte de sollicitude et de solidarité qui concerne aussi les personnes les plus vulnérables. Premier point : l’obligation c’était d’anticiper les circonstances qui étaient inévitables ».

Pour Emmanuel Hirsch, l’accès au vaccin en France est une chance qui permet de limiter les contaminations. « En termes de responsabilité vis-à-vis de l’ensemble des nations, on doit se faire vacciner. […] Il y a quand même une interrogation sur les modalités d’informations, de sensibilisation.«  Du 1e mars 2021 au 1e juin 2021, Santé publique France a dénombré 82 449 cas de Covid-19 chez les professionnels exerçant en établissement de santé. Le professeur évoque l’absence de pédagogie, d’anticipation de la part du gouvernement. 

À la question de savoir si les soignants sont épuisés et peu motivés pour se faire vacciner, notamment parce qu’ils ont été abandonnés au début de la crise, Emmanuel Hirsch répond : « Depuis le début de la crise, ils assument des responsabilités. […] Ils nous ont démontré qu’ils peuvent assumer des responsabilités que, quelquefois, l’État n’a pas été en mesure d’assumer lui-même. On ne doit pas globaliser. Il y a certains soignants, ce n’est pas tous les soignants, qui, effectivement, sont réfractaires à la vaccination. Ce qui m’intrigue c’est que, dans le milieu du soin, des gens informés, des gens qui ont vu des gens mourir du Covid-19, refusent la vaccination. […] Le point important, c’est la réalité entre les grands hôpitaux et les EHPAD », Il évoque de surcroît le principe de réciprocité dans les EHPAD. En effet, dès le début de la vaccination, nous avons quasiment imposé aux résidents dans les EHPAD d’être vaccinés. Certains soignants n’ont également pas toujours les connaissances scientifiques nécessaires. « Il y a un devoir d’explication qui est posé par le fait qu’il est difficile d’avoir une contestation de l’expertise médico-sociale. »

Le professeur estime que chacun doit s’approprier les enjeux « d’une manière tout à fait responsable. Je suis convaincu que les gens vont mieux comprendre parce qu’ils voient la dramaturgie et le côté urgent des choses. C’est un intérêt pour eux et pour tous de se faire vacciner. » Le manque d’anticipation le laisse donc s’interroger sur les modalités de gouvernance. Finalement, en parlant de responsabilité, Emmanuel Hirsch évoque Axel Kahn qui était intervenu « de manière médiatique avec beaucoup de résolutions pour faire appel à nos responsabilités, à la fois celles des politiques en termes de justice, en termes de rigueur. » Selon lui, en matière d’obligation vaccinale, « il n’aurait pas parlé d’obligation. Il aurait parlé de devoir moral, de devoir éthique et de devoir quasiment spirituel ».

Cécile Breton

LE 08-07-21 - 10:42