(Crédit: Adobe Stock)

Eté en mode Delta

Un peu plus de trois semaines après l’entrée du variant indien en Israël, l’évolution qui se dessine n’est pas encore affolante, mais tout de même préoccupante. Le taux de tests positifs est remonté à 0,6%, alors qu’il était retombé à 0,1 début juin. Parmi les adultes vaccinés contre le Covid et qui ont été contaminés par le variant Delta, les trois quarts ont développé des symptômes de fièvre et de troubles respiratoires, mais sans gravité. Même constat pour les plus jeunes contaminés, qui n’ont pas encore été vaccinés. Le variant est de 40 à 60% plus contagieux que les formes précédentes du virus, mais à ce stade, le niveau de complication reste bas, ce qui confirme que le vaccin fait encore barrage, même si son efficacité est moindre. Jeudi, on recensait 54 hospitalisations et seulement 29 cas graves. Il y a une semaine, on en comptait 24. Il s’agit donc maintenant d’anticiper sur l’évolution de la contamination. Les experts du ministère israélien de la Santé estiment que l’on pourrait atteindre les 1 000 nouveaux cas quotidiens d’ici au 10 juillet, ce qui à nouveau ne signifie pas encore une progression des cas graves.

La campagne de vaccination des 12-15 ans continue, mais il semble qu’elle n’atteindra pas l’objectif des 350 000 jeunes vaccinés avant la fin du mois, comme l’avait souhaité le Premier ministre Naftali Bennett. Cela dit, environ la moitié des jeunes sera immunisée contre le Covid, soit par vaccination soit par guérison pour la fin juillet. Reste la question de la troisième injection, envisagée pour les personnes immunodéprimées. Le ministère de la Santé a donné son accord de principe, mais la décision doit encore être actée. Quant à la campagne de vaccination, elle sera donc mise en pause à la fin du mois, en attendant de recevoir les nouvelles doses, probablement entre septembre et octobre, les négociations sont en cours avec les laboratoires pour tenter d’avancer la date de livraison.

Parallèlement, le gouvernement va devoir envisager de nouvelles mesures pour limiter la propagation du variant. Si la brèche sanitaire de l’aéroport Ben Gourion, principal point d’entrée du virus, est en voie de règlement, il reste à empêcher le variant Delta de s’installer dans le pays. Ce qui signifie probablement un retour aux restrictions d’accès aux lieux publics. Seulement, on ne pourra pas revenir au système du pass sanitaire qui faisait la distinction entre les personnes vaccinées et celles qui ne l’étaient pas, puisque le variant Delta s’attaque aux deux catégories. Il s’agira plutôt de mettre en place des tests rapides, à l’entrée des centres commerciaux, des restaurants ou des lieux de divertissement, notamment pour permettre aux enfants de profiter de leurs vacances, de maintenir une activité économique et de limiter les risques de contamination massive. En espérant que d’ici la rentrée, le variant Delta aura été suffisamment contenu pour éviter une quatrième vague de Covid.

Pascale Zonszain