La Radio Juive

Le variant indien du coronavirus entre en Israël

(Crédit: MDA)

Même la crise sanitaire s’invite à l’ordre du jour du nouveau gouvernement israélien. Alors que le pays pensait avoir atteint une forme d’immunité collective, l’apparition en quelques jours de deux foyers de contagion dans des établissements scolaires, à Modiin et à Benyamina, indiquent que le danger est toujours là. Naftali Bennett a déjà tenu deux réunions avec les ministres de la Santé et de l’Education et les experts concernés, afin d’évaluer les risques d’un rebond épidémique. A ce stade, on ne parle que de quelques dizaines de cas, mais qui appellent à un regain de vigilance.

La principale préoccupation des experts sanitaires est que la contamination soit le fait du variant indien du Covid-19, considéré à 60% plus contagieux que le variant britannique, selon l’étude effectuée par les renseignements militaires israéliens. Le variant indien entraine aussi deux fois et demi plus d’hospitalisations que le variant britannique, qui reste la forme dominante constatée en Israël. Cela dit, le vaccin Pfizer, utilisé en Israël est considéré comme efficace à 94% contre le nouveau variant et limite les formes les plus graves du virus.

Le fait que le virus se soit déclaré chez des adolescents indique aussi que le variant indien, si c’est bien lui qui est en cause, cherche des vulnérabilités auprès de la population qui n’a pas encore été vaccinée. Mais il est entré en Israël par des sujets porteurs qui eux, avaient bien reçu le vaccin. Les deux foyers de contamination dans les écoles et le cas découvert dimanche dans la Dépression du Jourdain, émanent tous de voyageurs vaccinés de retour de l’étranger. Et les autorités ne veulent prendre aucun risque. En attendant le séquençage du virus, plus de 400 personnes, pourtant presque toutes vaccinées, ont reçu ordre de se placer en isolement.

Ce qui ramène une nouvelle fois, comme cela s’était déjà produit durant la vague épidémique, à la question de l’aéroport Ben Gourion, principal point d’entrée du virus dans le pays. Vendredi après-midi, l’affluence aux arrivées était telle que plus de 2.000 personnes ont été autorisées à sortir de l’aéroport sans avoir effectué de test virologique, ce qui potentiellement pourrait déclencher de nouveaux cas d’infection non détectés.

S’il n’est pas encore question de réactiver dans l’immédiat le cabinet Covid, le nouveau gouvernement israélien suit l’évolution sanitaire de très près. Le Premier ministre Bennett a été clair : la stratégie sanitaire ne peut pas s’appuyer seulement sur la vaccination, car si demain devait apparaitre un variant résistant au vaccin, tous les acquis seraient perdus. La priorité est de ne pas perdre le contrôle de la situation, a martelé le chef du gouvernement.

A ce stade, les consignes pour la population restent les mêmes. Le port du masque, levé totalement depuis le 15 juin, n’est pas rétabli et la progression du coefficient de reproduction du virus même si elle augmente, reste très en deçà de la situation qui prévalait ces derniers mois. Seul point positif, cette nouvelle alerte a boosté la motivation des 12-16 ans, pour qui la vaccination a été ouverte au début du mois. Dimanche, ils ont été plus d’un millier à prendre rendez-vous pour leur première injection.

Pascale Zonszain

LE 21-06-21 - 09:00