(Crédit: DR)

Le timing, la chronique de Stéphane Attal

Dans sa chronique hebdomadaire sur Radio J mardi 15 juin à 7h10, Stéphane Attal, communiquant et auteur du livre Influencer c’est la communication d’aujourd’hui, est revenu sur le timing à quelques jours des élections régionales et départementales en France et à moins d’un an de la Présidentielle.

Savez vous quel le point commun entre l’élection du Grand Rabbin de France, la victoire de Novak Djokovic à Roland Garros, la sortie d’Egypte, et la politique de vaccination Française ? Il se résume à un seul mot : le timing Avoir un bon timing c’est la capacité d’avoir l’art d’être présent au bon moment et au bon endroit, et surtout à la bonne heure.

Lorsque les hébreux arrivent devant la mer rouge, on connaît tous l’histoire, elle s’ouvre en deux pour les laisser passer. Tous les scientifiques cartésiens affirment et peut être avec raison, que ce fut un phénomène naturel de marée et de vent. Peut être, mais le miracle, en l’occurrence c’est le timing : c’est arrivé à ce moment là, quand il le fallait pour entrer dans la légende !

Si on prend l’élection du grand rabbin de France dimanche dernier, elle intervient en fin de mandat du président du consistoire central, timing parfait pour son futur successeur qui constituera ainsi un team renouvelé à la tête du Judaïsme français.

Roland Garros ? Mené 2 sets Zéro, Novak Djokovic est dans le trou, à la rue comme disaient les commentateurs, mais c’était sans compter sur la pause pipi qui tombe à pic avec un timing qui lance l’entreprise de déstabilisation de son adversaire

Dans le monde des affaires c’est vrai également et un lancement de produit ne résiste pas au fameux « ils avaient raison trop tôt » et quantité d’argent gaspillé en dépenses marketing inutiles lorsque ce n’est pas « bon moment ».

Le rapport avec la vaccination ? Le planning depuis Janvier a tout d’une stratégie d’influence de très très haut niveau. En effet, la montée en puissance de la stratégie de vaccination correspond à la baisse des chiffres de la contamination, et lorsque les courbes se croisent, c’est la côte de popularité de l’exécutif qui grimpe. 

Mais c’est grâce au timing savamment orchestré : on arrivera sans doute à un haut niveau d’immunité avec les vacances d’été, garantissant ainsi aux Français un été apaisé et au chef de l’état des sondages au beau fixe alors que la campagne pour les Régionales en cours prépare déjà fortement les présidentielles de 2022. En politique toujours, le démarrage d’une campagne s’appelle d’ailleurs un lancement, comme preuve si besoin de la nécessité de « partir au bon moment » pour impacter l’opinion au moment où elle y est prête. 

Stéphane Attal