(Crédit: Twitter)

Anne-Sophie Sebban-Bécache: « C’est la première fois qu’Emmanuel Macron s’exprime devant une organisation juive-américaine »

Ce mercredi matin sur Radio J, Anne-Sophie Sebban-Bécache, directrice de l’American Jewish Committee (AJC), était l’invitée de Christophe Dard dans le Morning d’Ilana Ferhadian, à 7h47. Elle est revenue sur le Global Forum virtuel organisé depuis ce dimanche et qui s’achèvera aujourd’hui. 

En période de résurgence de l’antisémitisme dans plusieurs pays, ce forum, organisé pour évoquer la lutte contre l’antisémitisme et la défense de l’État d’Israël, est plus que jamais nécessaire. « Il intervient vraiment cette année dans un contexte très compliqué. Après la résurgence du conflit israélo-palestinien, on a vu avec les manifestations en Europe et aux États-Unis beaucoup de violences antisémites, une recrudescence des actes antisémites et un nouveau phénomène que se prend en pleine face les Etats-Unis et qui inquiète beaucoup les communautés juives », explique Anne-Sophie Sebban-Bécache. 

De nombreuses personnes, dont le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis, y ont déjà participé. Une participation qui est un véritable clin d’œil aux accords de normalisation qui ont été signés il y a quelques mois. « C’est très important pour nous. […] On a la chance d’avoir des très bonnes relations aux Emirats arabes unis, au Bahreïn aussi on a eu le ministre des Affaires étrangères, et on a annoncé d’ailleurs l’ouverture de notre premier bureau dans la région, un bureau à Abu Dhabi. »

Pour ce dernier jour du Global Forum virtuel, l’intervention d’Emmanuel Macron à 18h40 est aussi très attendue. « C’est vraiment une reconnaissance symbolique. C’est la première fois que le président Macron s’exprime devant une organisation juive-américaine. C’est vraiment pour nous la reconnaissance de notre action dans le monde et en France et en Europe ». La directrice poursuit : « On s’attend à ce que la France prenne davantage la mesure du phénomène en France, de ce qu’il représente. […] On s’attend à ce que l’action de la France pour lutter contre l’antisémitisme soit à la mesure du phénomène qu’il représente dans notre pays et de l’inquiétude qu’il suscite chez tous les Français. »

Par le passé, la France a déjà soutenu Israël. Néanmoins, lors des onze jours de conflit le mois dernier, la position du gouvernement n’était pas réellement unilatérale. Pour Anne-Sophie Sebban-Bécache, « la position française est assez constante [finalement]. La France appelle initialement au calme, à l’arrêt des violences. […] En revanche, on a été assez surpris, voire même inquiets, de voir le ministre des Affaires étrangères parler de risque d’Apartheid ». Finalement, il est important de rappeler que, de l’autre côté de l’Atlantique, les États-Unis font face à une hausse des actes antisémites. Pour Anne-Sophie Sebban-Bécache, la position américaine est assez constante sur les rapports avec Israël. Mais « sur l’explosion des actes antisémites, le défi est immense à relever pour l’administration Biden, notamment au sein du parti démocrate ». Un défi, « proche de celui qu’on a vécu aussi en France au début des années 2000. »

Cécile Breton