(Crédit: FDI)

Les F-35 israéliens s’entraînent en Italie, avec l’Iran dans leur viseur

Six avions furtifs israéliens F-35 ont atterri en Italie la semaine dernière pour participer à un exercice aérien de deux semaines en Italie avec ses forces aériennes, aux côtés de celles des États-Unis et du Royaume-Uni, dans le cadre de l’exercice le plus important et le plus éloigné que les avions ont effectué, a déclaré l’armée dimanche. Bien que l’objectif explicite de l’exercice soit d’améliorer les capacités globales du F-35, qui est entré en service militaire fin 2016, un officier supérieur de l’armée de l’air israélienne a reconnu qu’en partie, cet exercice – baptisé Falcon Strike 2021 – était destiné à préparer les pilotes israéliens à utiliser l’avion de chasse contre les forces iraniennes. « L’Iran est au centre de nos préoccupations », a affirmé l’officier supérieur, s’adressant aux journalistes sous couvert d’anonymat. L’exercice a lieu du 6 au 17 juin, mais débutera plus sérieusement lundi. Bien que des avions à réaction F-35 israéliens aient participé à des exercices internationaux dans le passé, ce sera la première fois que l’avion volera aux côtés d’avions F-35 de trois autres pays.

En plus des jets F-35 d’Israël, des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’Italie, des chasseurs américains F-16 participeront à l’exercice, ainsi qu’un avion de reconnaissance IAF Gulfstream « Eitam », deux IAF Boeing « Re’em », des avions de ravitaillement, un avion de ravitaillement italien KC767, un avion de ravitaillement italien KC130J, un avion de reconnaissance italien Gulfstream « Eitam » et un avion de ravitaillement britannique Voyager A330. Ces avions affronteront une flotte d’avions italiens qui agiront comme une « équipe rouge », simulant une force aérienne ennemie, notamment des Eurofighter Typhoons, des avions de chasse AMX International, des Panavia Tornados, des drones Predator et des hélicoptères Bel Augusta.

Le porte-avions britannique HMS Queen Elizabeth sera également utilisé lors de l’exercice, qui se déroulera à la fois sur le territoire italien et sur la mer Méditerranée. Selon l’officier de l’armée de l’air israélienne, un grand nombre de batteries de missiles sol-air seront utilisées dans l’exercice contre les avions de chasse F-35 afin de créer une « atmosphère pleine de menaces ».

Gabriel Attal