(Crédit: DR)

André Kaspi sur Radio J: « Les liens entre les Etats-Unis et Israël sont très étroits »

L’historien, spécialiste de l’histoire des Etats-Unis, André Kaspi était l’invité du grand Journal de Steve Nadjar ce vendredi après-midi à 14h15 sur Radio J. Il est revenu sur la visite éclair du ministre de la Défense, Benny Gantz, aux Etats-Unis et sur la perception américaine d’un éventuel changement de coalition en Israël. L’ancien chef d’Etat major a rencontré plusieurs responsables américains, dont son homologue Lloyd Austin. Il avait qualifié ce voyage de très important pour la sécurité d’Israël. Selon André Kaspi, « ce qui est important c’est que Benny Gantz est allé montrer comment la situation en Israël  est en train d’évoluer : il est évident qu’il y a de quoi inquiéter les Américains ». Néanmoins, les liens avec les Etats-Unis sont très étroits sur plusieurs plans : industriel, militaire, universitaire et idéologique. « Quelque soit la situation politique, Israël restera l’un des alliés privilégiés des Etats-Unis et pour les Israéliens les Etats-Unis sont évidemment l’allié essentiel, le seul qui puisse leur faire pression sur Jérusalem et les autres nations. » 

André Kaspi explique les différences entre les administrations Trump et Biden. « Trump avait une profonde amitié pour Netanyahou, au fond ils sont tous les deux placés à droite de l’échiquier politique. Biden c’est différent, il connaît Netanyahou depuis longtemps mais ce n’est pas pour autant que Biden considère Netanyahou comme un proche sur le plan politique : ils ont des divergences ». 

Au cours de cette crise qui a duré onze jours entre le Hamas et Israël, Joe Biden est passé par plusieurs étapes. Il a considéré tout naturellement qu’Israël avait le droit de se défendre, d’autant plus que le Hamas est un état terroriste et qu’ aucune hésitation n’était possible. 

Quant au possible futur Premier ministre, Naftali Bennett, Joe Biden et lui devront encore faire connaissance. Bennett connaît bien les Etats-Unis, mais ça ne veut pas dire qu’il partage les idées des démocrates. Il se situe plutôt du côté de Donald Trump que de celui de Joe Biden.

Lucie Claudon