(Crédit: AIPAC)

La sécurité d’Ayelet Shaked renforcée après que Yamina ait décidé de former une coalition avec Yaïr Lapid

La numéro 2 du parti Yamina, Ayelet Shaked, a bénéficié d’une protection supplémentaire à la suite des menaces qu’elle a reçues concernant la décision du parti de droite de former une coalition avec un large éventail de partis unis par leur opposition au Premier ministre, Benyamin Netanyahou. La garde de la Knesset a décidé dimanche soir d’attribuer une protection à Ayelet Shaked, peu de temps après que des centaines de manifestants ont protesté devant son domicile, dont certains l’appelaient, ainsi que d’autres membres de Yamina, par des noms péjoratifs.

Les manifestants, dont beaucoup étaient des partisans du parti au pouvoir du Premier ministre, Benyamin Netanyahou, le Likoud, portaient des pancartes appelant la membre de Yamina et ses associés comme des traîtres. Les manifestants ont également lancé une campagne agressive contre le parti de Bennett sur les réseaux sociaux. En outre, une manifestation devant la maison de Bennett dans la ville centrale de Raanana comprenait des personnes portant une image de lui et de Shaked accompagnée du slogan « La grande arnaque ». D’autres banderoles lors du rassemblement ont qualifié les deux politiciens d’antisémites et leur ont dit « d’aller à Gaza ».

Le chef de Yamina, Naftali Bennett, a annoncé plus tôt dimanche qu’il se joindrait au dirigeant centriste de Yesh Atid, Yair Lapid, dans ses efforts pour former un gouvernement, plus de deux mois après les élections du 23 mars. « Avec l’aide de Dieu, nous formerons un gouvernement qui libérerait Israël de la spirale descendante dans laquelle il a été pris », a affirmé Bennett, faisant référence à quatre cycles électoraux peu concluants en un peu plus de deux ans.

Gabriel Attal