(Crédit: capture d'écran)

Aurèle Medioni sur Radio J: « Le Netsiv relève dans chaque verset les mots ‘superflus' »

Aurèle Medioni, diplômé de Sciences Po, était l’invité ce vendredi après-midi de Steve Nadjar dans le Grand Journal de Radio J à 14h, pour son livre « La paracha de la semaine inspirée par rabbi Naftali Tsvi Yéhouda Berlin (le Netsiv) » aux Editions Lichma. « Le Netsiv repère dans chaque verset (de la Torah) les mots qu’on peut appeler superflus. Par exemple, il ya un mot qui revient souvent chez le Netsiv c’est ‘meyoutar’ (‘en trop’). Ce n’est pas forcément des mots, cela peut être des versets. Par exemple, à la fin du livre de la Genèse, on nous dit que Joseph a vécu 110 ans, et un peu plus loin il y a écrit que Joseph est mort à 110 ans. Pourquoi nous le répéter ? Ensuite, le Netsiv se réfère à texte du Talmud, disant que le fait de se comporter de manière autoritaire raccourcit les jours de la vie, Joseph s’étant comporté de manière autoritaire avec ses frères, cela peut expliquer que ses jours ont été raccourcis, tous ses frères ayant vécu plus de 120 ans », a expliqué Aurèle Medioni.

Gabriel Attal