(Crédit: DR)

François-Xavier Bellamy sur le détournement d’un avion en Biélorussie: « C’est un acte de piraterie »

Ce jeudi matin à 7h45 sur Radio J, le député européen Les Républicains et Président de la délégation française du groupe PPE au Parlement, était l’invité du Morning au micro de Christophe Dard. Il est revenu sur l’avion détourné en Biélorussie, le certificat vert Covid 19, le plan de relance économique européen et la situation des prisonniers en Arménie. 

Après le déroutage d’un avion vers Minsk, à bord duquel se trouvaient l’opposant Roman Protassevitch et sa compagne Sofia Sapega, François-Xavier Bellamy, se dit satisfait des nouvelles sanctions prises par l’Union européenne, à l’égard de Loukachenko, le Président biélorusse. « Il était fondamental d’agir vite, car le geste est d’une gravité absolue : c’est un avion qui circule entre deux capitales européennes, qui est détourné : c’est un acte de piraterie ».

Un enjeu encore plus grave, c’est la protection que l’Union européenne doit à ceux auxquels elle accorde ce statut de réfugié politique. « Si nous n’agissons pas, l’Europe pourrait devenir un continent sur lequel des dictateurs étrangers opèrent pour châtier leurs opposants, les menacer ». Ce qui est fondamental pour lui, c’est la protection de la liberté. 

La liberté qui lui semble mise en péril avec l’instauration d’un pass sanitaire: « A titre personnel je n’ai pas voté en faveur de ce certificat vert au plan européen. » François-Xavier Bellamy est pour l’harmonisation des vaccins dans les 27 États membres, est persuadé qu’il est un moyen pour lutter contre la pandémie. Néanmoins, ce qui le gêne, « c’est l’idée qu’on puisse conditionner l’accès à des événements, à des établissements recevant du public ». Le besoin de se faire vacciner pour passer les frontières de certains pays existe déjà, mais pour François-Xavier Bellamy, « c’est la première fois qu’on créerait une espèce de frontière intérieure à nos territoires européens; une frontière intérieure à nos vies sociales ». Pour le député européen, ce dispositif n’a aucune raison d’être épidémiologique et il représente un coût exorbitant en matière de libertés publiques. 

Un autre montant qui s’avère démesuré, c’est la somme de la dette européenne. « Le plan de relance économique est d’une grande complexité administrative : l’Union européenne va s’endetter pour ensuite redistribuer l’argent au 27 Etats membres : c’est très étrange car aucun Etat n’a de difficulté à accéder à des crédits pour emprunter eux même ». 

François-Xavier Bellamy est particulièrement engagé pour l’Arménie et demande la libération de prisonniers arméniens : « Il s’agit d’une urgence humanitaire terrible puisqu’en Arménie des milliers de familles attendent de savoir si leurs fils sont tombés dans les combats ou sont maintenus prisonniers en Azerbaïdjan. Par ailleurs l’Arménie fait face à des pressions répétées et agressions par l’Azerbaïdjan. » C’une urgence humanitaire dont la communauté internationale doit se saisir, selon François-Xavier Bellamy. 

Lucie Claudon