(Crédit: ministère de la Santé)

Chezi Levi: supprimer le passeport vert est « un risque »

Le directeur général du ministère de la Santé, Chezi Levi, a déclaré à Ynet ce jeudi que le projet d’Israël d’abandonner son programme de passeport vert à partir de la semaine prochaine est un « risque », qui, espère-t-il, ne « nous explosera pas ». Le professeur a affirmé que malgré la décision prévue de lever tous les freins restants, la pandémie « n’était pas terminée » et que certaines mesures, telles que le mandat des masques d’intérieur, resteront en place. « Il y a toujours un ordre de porter des masques dans les espaces confinés. Il y a toujours des restrictions à l’aéroport Ben Gourion. Nous devons nous rappeler qu’il y a des mutations et des variants [de coronavirus] dans le monde et en Israël. C’est pourquoi nous devons encore être très prudents. » Levi a précisé que l’État n’appliquait pas assez bien la quarantaine obligatoire pour les nouveaux arrivants de l’étranger et que l’aéroport Ben Gourion étant le principal port d’entrée d’Israël, il y a un risque accru de nouveaux variants entrant dans le pays. « Le public doit également faire preuve de compréhension et de maturité et il ne le fait pas assez bien, malheureusement. Environ 70% de ceux qui se sont isolés pendant dix jours avec deux tests de coronavirus ou 14 jours [sans tests] ne le font pas. et à cause de cela, bien sûr, nous nous inquiétons », a lâché le directeur général du ministère de la Santé. Le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a annoncé dimanche qu’Israël ne prolongerait pas la plupart des restrictions nationales contre la Covid-19 au-delà du 1er juin, le taux d’infection restant faible dans tout le pays, dont la nécessité de présenter un certificat de vaccination aux entrées de certains établissements publics.

Gabriel Attal