(Crédit: DR)

Mahmoud Abbas: le cessez-le-feu doit inclure la fin des incursions sur le mont du Temple

Le cessez-le-feu entre Israël et le Hamas doit inclure la fin des visites des Juifs dans l’enceinte de la mosquée al-Aqsa sur le mont du Temple à Jérusalem, a déclaré le président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas à l’Égypte et à la Jordanie. Abbas a présenté cette demande lors de réunions séparées avec les ministres des Affaires étrangères des deux pays, Sameh Shoukry et Ayman Safadi, qui se sont rendus à Ramallah au cours des dernières 24 heures. Il a souligné l’importance d’inclure l’Autorité palestinienne dans tout plan de reconstruction de la bande de Gaza à la suite de la récente série de combats entre Israël et le Hamas. Abbas a également indiqué aux ministres arabes qu’il était prêt à travailler avec l’administration américaine et d’autres membres du Quartet- la Russie, les Nations Unies et l’Union européenne – pour relancer le processus de paix avec Israël sur la base des résolutions internationales relatives au conflit israélo-palestinien, afin d’établir un État palestinien indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale.

Faisant référence au cessez-le-feu entré en vigueur vendredi à 2h, heure locale, Abbas a déclaré à Safadi lors d’une réunion à Ramallah mardi que la période de calme entre Israël et le Hamas doit inclure « l’arrêt des attaques et des incursions des colons extrémistes, soutenus par les forces d’occupation israéliennes, dans la mosquée al-Aqsa et sur notre peuple en Cisjordanie. » Les Palestiniens considèrent régulièrement aux visites des Juifs sur le Mont du Temple comme des « incursions ». Les visites ont repris dimanche après une accalmie de trois semaines.

Lors de la rencontre avec Shoukry lundi, Abbas a salué l’offre du président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi de contribuer 500 millions de dollars à la reconstruction de la bande de Gaza. Le ministre a affirmé qu’il avait transmis un message à Abbas de Sissi affirmant la solidarité de l’Égypte avec les dirigeants de l’AP et le peuple palestinien.

Gabriel Attal