(Crédit: MDA)

Enfants traumatisés par la guerre: le témoignage de Nathan Levy, secouriste volontaire du Maguen David Adom


Vendredi 14 mai sur Radio J, Nathan Lévy, volontaire bénévole du Maguen David Adom, était l’invité d’Ilana Ferhadian à 6h20. Basé à Netanya, il est toutefois appelé fréquemment à Ashkelon depuis le début de l’offensive du Hamas. Nathan Levy est revenu sur son rôle en tant que secouriste.

À l’heure actuelle, les équipes du Maguen David Adom (MDA) sont réparties sur le territoire israélien, même si un renforcement d’effectif est à prévoir dans le sud. « Sirène après sirène, le feu d’artifice constant traumatise la population qui subit des attaques permanentes ». Ainsi, il y a deux sortes d’interventions pour le MDA en ce moment. « Il faut intervenir, lorsque c’est nécessaire, quand les missiles tombent, mais il ne faut pas oublier non plus tous les appels du quotidien, les accidents de la vie courante, les crises cardiaques, qui ne sont pas dues à la situation même si cette dernière joue un rôle conséquent ».

Dans le sud, les habitants n’ont que très peu de temps pour se mettre à l’abri. Des conditions de vie « stressantes qui causent des accidents, comme récemment, pour une petite fille qui s’est cassé le bras en courant pour s’abriter ».

Les enfants sont « très stressés » et les bénévoles comme Nathan Lévy font tout ce qu’ils peuvent pour les rassurer. Ils « s’assoient à côté d’eux pour jouer et pour parler » et ainsi, détendre les consciences. C’est impressionnant pour eux de voir des hommes « avec des casques et des gilets-par-balle » arriver dans une ville. Dans ce métier, il y a « le côté médecine, mais aussi cette fibre du peuple juif, du peuple d’Israël ». Actuellement, « plusieurs centaines de bénévoles sont déployés dans le sud ». Nathan Lévy confiait ce vendredi matin qu’ils fonctionnaient tous en garde de douze heures, « parce qu’il est difficile de faire plus ». Pour exemple, mardi, « en trente minutes, la MDA a réussi à déployer dix ambulances avec deux personnes par véhicule et du matériel », et ça, le bénévole l’affirme, « c’est la force du Maguen David Adom ».