(Crédit: DR)

Retour sur la catastrophe de Méron avec Ilan Klein

Vendredi 30 avril sur Radio J, Ilan Klein était l’invité d’Ilana Ferhadian à 9h35. Directeur départemental international du Magen David Adom Israël, il s’est exprimé au sujet de la catastrophe survenue dans la nuit de jeudi à vendredi à Méron (nord d’Israël). 

Une image de chaos cette nuit en Israel : des téléphones de victimes qui sonnent, sans réponse, des pèlerins inquiets dans un brouhaha collectif, des gens qui courent dans tous les sens. Un sentiment de panique a régné cette nuit dans la ville de Méron lors du pèlerinage annuel de Lag Ba Omer, le plus grand évènement public dans le pays depuis la pandémie de coronavirus. 

« Les premiers appels ont commencé vers 00h50 au standard du Magen David Adom« . C’est au milieu de la nuit que les secouristes ont compris que « cet événement allait être assez compliqué » à gérer. Près de 250 ambulances ont été envoyées sur place pour apporter de l’aide et des soins aux personnes blessés.

Les causes de cette tragédie restent à déterminer avec précision, mais il s’agirait bien d’une « bousculade« . De multiples blessés ont étés gérés depuis la cellule de crise mise en place au centre national, à Tel Aviv. Environ 150 personnes de tous âges ont été traitées rapidement et évacuées vers les hôpitaux du nord d’Israël. Une seconde évacuation vers les hôpitaux de Jérusalem et de Tel Aviv a suivi au cours de la nuit, « malheureusement, au moins 44 personnes sont mortes« , annonce Ilan Klein au micro de Radio J.  

La catastrophe et le bilan sont tragiques, la nuit rappelle inévitablement au Magen David Adom « l’incendie du Carmel ou les grands attentats« . Le service d’urgence d’Israël n’intervient pas toujours pour les mêmes raisons, mais les équipes « ont l’expérience, malheureusement, de traiter des événements à multiples blessés. C’est ce qui a été fait sur place cette nuit, dans les meilleures conditions possibles« .

À Méron, actuellement, toutes les victimes ont été évacuées, cependant des milliers de personnes souhaitent encore partir. La police et le ministère des transports font le nécessaire pour que ces pèlerins rentrent chez eux avant Shabbat. Ce jour, qui se voulait symbolique se transforme en cauchemar pour Israël, Ilan Klein déclarait ce vendredi matin à Radio J qu’un suivi « psychologique sera mis en place pour les victimes« . La police a commencé son enquête et devrait permettre, dans le futur selon le directeur départemental du MDA Israel, d’apprendre de ces erreurs pour que ces tragédies n’aient plus lieu.