(Crédit: Twitter)

L’Iran interdit à 15 personnes de voyager pour leur implication dans la fuite de l’enregistrement de Zarif

L’Iran a imposé des interdictions de voyage à 15 personnes pour leur implication présumée dans un enregistrement audio divulgué dans lequel le ministre des Affaires étrangères se plaint de l’influence des Gardiens de la révolution sur la diplomatie iranienne, a déclaré jeudi 29 avril une agence de presse semi-officielle. Dans l’interview divulguée, diffusée dimanche soir par la chaîne d’information satellitaire Iran International en langue persane basée à Londres, le ministre des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a affirmé qu’il n’avait aucune influence sur la politique étrangère de l’Iran.

« Selon une source judiciaire, 15 personnes impliquées dans l’interview se sont vu interdire de quitter l’Iran », a rapporté l’agence de presse semi-officielle ISNA. L’enregistrement, qui jette une rare lumière sur les liens entre le gouvernement et le corps des gardiens de la révolution islamique, a mis en colère les extrémistes iraniens, qui ont qualifié la fuite de « acte d’espionnage ». Certains législateurs ont appelé à la démission de Zarif. Le président Hassan Rohani a remplacé jeudi le chef du groupe de réflexion dirigé par l’État chargé de mener l’entretien. Les autorités ont indiqué que l’enregistrement faisait partie d’un projet plus large avec des représentants du gouvernement et avait été produit pour les archives de l’État plutôt que pour la publication. « Hessameddin Ashena, chef du Centre d’études stratégiques, avait démissionné … Le président Rohani a nommé le porte-parole du cabinet Ali Rabiei pour le remplacer », a rapporté l’agence de presse officielle IRNA.

Gabriel Attal