(Crédit: Twitter de la ministre de l'Alyia)

Les membres de famille d’olim désormais autorisés à se rendre en Israël

La réglementation permettant aux non-Israéliens de rendre visite aux membres de leur famille en Israël a été modifiée ce mardi matin par l’Autorité de la population et de l’immigration pour permettre à ceux qui ont un parent au premier degré en Israël de visiter le pays. La réglementation stipule désormais que les ressortissants étrangers vaccinés contre le coronavirus, ou qui ont guéri de la maladie, et qui ont un membre de leur famille au premier degré qui est citoyen ou résident permanent d’Israël, peuvent visiter le pays avec leur conjoint ou partenaire et leurs enfants. Jusqu’à présent, le fait d’avoir un parent au premier degré qui était citoyen ou résident d’Israël ne donnait pas aux ressortissants étrangers de droits supplémentaires pour entrer dans le pays. Les modifications apportées à la réglementation devraient désormais faciliter et accélérer l’obtention d’un permis d’entrée en Israël pour les ressortissants étrangers dont les parents ou les enfants vivent dans le pays.

Ces dernières semaines et mois, des centaines d’immigrants sont devenus de plus en plus frustrés et en colère en raison du refus répété de l’Autorité de la population et de l’immigration du ministère de l’Intérieur de délivrer des permis d’entrée à leurs parents et à d’autres parents au premier degré cherchant à assister à des mariages et à être présent pour les naissances et autres événements familiaux cruciaux. La ministre de l’Aliyah et de l’intégration, Pnina Tamano Shata, et la ministre des Affaires de la diaspora, Omer Yankelevitch, se sont tous deux prononcées hier contre cette politique et ont appelé à ce que les membres de la famille au premier degré des Israéliens soient autorisés à se rendre immédiatement. Tamano Shata a déclaré au Jerusalem Post que son bureau avait adressé plusieurs demandes à l’Autorité de la population et de l’immigration pour alléger les restrictions imposées aux membres de la famille des immigrants ces dernières semaines, y compris à la fin de la semaine dernière. 

Gabriel Attal