(Crédit: capture d'écran YouTube)

Nation of islam: de l’antisémitisme aux racines de l’organisation

Nombreux sont ses adeptes : Malcolm X, la star de la National Football League DeSean Jackson, le boxeur Mohamed Ali, ou encore le rappeur Ice Cube. Stevie Wonder, ou encore plus récemment Kanye West, Eminem, Jay-Z, ou Snoop Dog font aussi parti de ses partisans.

Dirigée par Louis Farrakhan, Nation of Islam est vraiment active depuis la fin des années 1970. Si son discours communautaire, insistant sur la nécessité pour les Noirs de faire des études, de développer leur statut socio-économique et de lutter contre la délinquance a probablement eu une petite influence positive, ses discours ambigus, hostiles aux Blancs et aux Juifs ont cependant créé de nombreuses polémiques.

Par Ilana Ferhadian

Un dirigeant controversé, des liens avec le négationnisme et le KKK

Car Farrakhan est presque populaire pour son antisémitisme virulent de très longue date : dénonçant les « mauvais Juifs », louant Adolf Hitler, condamnant la « synagogue de Satan », comparant les Juifs а des termites et les accusant régulièrement de contrôler le gouvernement américain.

En février 1985, Louis Farrakhan se rapprochera du père fondateur du négationnisme américain, Arthur Butz. Il prendra la parole devant la convention annuelle de Nation of Islam pour exposer ses vues, disait il, sur « le sionisme international » et sur « le mensonge d’Auschwitz ». 
Farrakhan créé aussi des liens avec le groupe antisémite dirigé par Tom Metzger, un ancien dirigeant du Ku Klux Klan. Tom Metzger déclarera alors que les deux organisations procédent souvent à des échanges d’informations !

Louis Farrakhan

Enfin, il faut aussi se souvenir de ce discours, le 7 octobre 1985, dans lequel Louis Farrakhan explique à un public de 25 000 personnes, au Madison Square Garden que « Jésus était détesté par les Juifs ».

C’est à cette époque que furent formulées d’ailleurs, par Farrakhan lui-même, les premières accusations selon lesquelles les Juifs auraient également été les principaux responsables et bénéficiaires de l’esclavage au cours des siècles. 30 ans après, cette rhétorique et ces accusations sont encore vives. En juillet dernier, dans un discours public, Louis Farrakhan qualifiait les Juifs « d’ennemis de Dieu ». Une vidéo diffusée sur sa page YouTube et visionnée plus d’un million de fois.  

Pour l’organisation de défense contre l’antisémitisme l’Anti diffamation League, Farrakhan serait ainsi « l’antisémite le plus populaire d’Amérique ». YouTube a ainsi décidé en 2020 de supprimer la chaîne Nation of Islam de la plateforme, pour incitation à la haine.

Les origines de NOI

L’occasion de revenir sur les origines de Nation Of Islam, « Nation de l’islam ». Une organisation politico-religieuse américaine, qui comprendrait entre 20 000 et 40 000 membres, sans compter tous ceux qui soutiennent le mouvement, crée en 1930 à Détroit, dans le Nord des États-Unis. Son créateur ? Wallace Fard Muhammad, reconnu par Nation of Islam comme étant le « Messie » attendu par les musulmans. Il est à ce jour toujours difficile de trouver des informations fiables sur sa naissance et son origine. A l’époque, l’homme disait être né en 1877 et venir de la Mecque, mais le FBI en a fait une description tout à fait différente… Fard Muhammad était apparemment un métisse, qui disparut mystérieusement en 1934, laissant le soin à son successeur, Elijah Muhammad de pérenniser l’institution.

Une institution basée sur un mélange de nationalisme afro-américain et de religion. Nation of Islam s’inspire ainsi de diverses organisations religieuses et nationalistes noires, apparues aux États-Unis au début du 20ème siècle, en réaction à la ségrégation raciale que vivaient les Noirs américains. Mais c’est véritablement Nation of Islam, qui souhaite fédérer l’ensemble des organisations islamiques américaines. 

En s’appuyant sur le Coran, la Bible et même la Torah, la Nation pense analyser les phénomènes de la « destruction du peuple Noir ». La « destruction », selon elle, de ses valeurs, de sa santé, de sa pensée et de sa cohésion. Si l’islam est la condition sine qua none d’adhésion à la Nation, toutefois elle n’est pas un obstacle pour quelque personne noire qui souhaiterait « s’affranchir » de sa condition.

Les ambitions de Nation of Islam

La Nation Of Islam a avant tout des ambitions sociales et politiques, qu’elle peut partager en tout ou partie avec d’autres groupes nationalistes afro-américains. L’idée générale est l’indépendance du peuple noir en Amérique. Et cette idée va s’exprimer en plusieurs points, plus ou moins applicables, par exemple au niveau territorial par la volonté de créer un État exclusivement indépendant noir, dans le Sud des États-Unis, quitte à organiser un déplacement massif des Noirs vers « ce nouveau pays ». Tout cela ne verra jamais le jour.

Un des drapeaux de la Nation de l’islam. Les lettres signifient Justice (justice), Freedom (liberté), Equality (égalité), Islam (islam).

Globalement, le mouvement accuse le système américain de l’éducation d’avoir toujours maintenu les Noirs dans une situation d’échec scolaire et d’exclusion des universités… Ce qui n’est pas tout à fait faux dans les années 1960 puisque les noirs sont bien victimes d’apartheid. 

L’organisation va donc surtout se développer rapidement, et particulièrement dans les milieux pauvres. Les prêches auront un succès particulier dans les prisons.

Un développement international

En 30 ans, de 1934 à 1964, malgré les controverses, l’organisation va connaître un développement important. L’influence de Nation Of Islam est internationale. Rappelons nous, en France, en 1999, quand le polémiste antisémite Dieudonné mettait son théâtre de la Main d’Or à Paris à disposition de la Nation of Islam qui tentait alors de s’implanter en France.

Dieudonné renouvellera d’ailleurs cette association à plusieurs reprises au début des années 2000 et accueillera encore un meeting organisé par la Nation of Islam, le 21 juillet 2012. Dieudonné, mais aussi Kemi Seba, l’ancien leader de la Tribu Ka, suprémaciste noir. Lui, comme Dieudonné n’ont jamais masqué leur admiration pour Louis Farrakhan…

Ilana Ferhadian