Heurts entre policiers et manifestants à Cassel, en Allemagne ©Swen Pfoertner / AP

Europe: manifestations contre les mesures sanitaires anti Covid-19 et des violences avec la police

Des rassemblements ont eu lieu dans les capitales de plusieurs pays européens, en France, en Allemagne, en Suisse, en Grande-Bretagne, en Bulgarie ou encore en Autriche.

Des milliers de personnes dans plusieurs villes européennes ont dit non ce samedi à la « dictature’ sanitaire et aux restrictions imposées pour lutter contre la propagation du Covid-19. Dans ces rassemblements, dans lesquelles les protestataires ne portaient souvent pas de masque, des tensions et des affrontements ont éclaté.
A Londres, 36 personnes ont été arrêtées, majoritairement pour non respect du confinement. Des manifestants ont jeté des projectiles sur les policiers. Certains ont été blessés.
Dans la ville allemande de Cassel, dans le centre du pays, entre 15 000 et 20 000 personnes ont manifesté et le rassemblement a dégénéré. Les forces de l’ordre ont fait usage de gaz au poivre pour disperser un groupe d’individus, serrés les uns contre les autres et qui ont tenté de se frayer un passage à travers un cordon policier. Toujours à Cassel, la police a utilisé un canon à eau contre des groupes qui tentaient de franchir des barrières et qui jetaient des bouteilles sur les forces de l’ordre. Des bagarres se sont également déroulées. Cette manifestation s’est déroulée à l’appel du mouvement « Querdenker » (« Anticonformiste »), organisateur de la plupart des rassemblements « anti-corona » en Allemagne depuis le début de la pandémie. Ce mouvement regroupe des membres de l’extrême gauche et d’extrême droite, des complotistes et des anti-vaccins.
Aux Pays-Bas, la police a fait usage de canons à eau pour disperser un groupe de 500 personnes rassemblées illégalement sur la place des Musées d’Amsterdam.

Christophe Dard