Capture d'écran compte Twitter de Reuven Rivlin @PresidentRuvi

Reuven Rivlin a rencontré Emmanuel Macron ce jeudi à Paris

Le président israélien et son homologue français ont discuté sur plusieurs sujets avant de tenir une allocution commune au palais de l’Elysée.

Le président Emmanuel Macron a d’abord remercié son « ami » Reuven Rivlin « pour ce lien si personnel et tout le travail effectué ensemble » puis le chef de l’Etat français a détaillé les sujets abordés lors de leur entrevue: la crise sanitaire, le dossier du nucléaire iranien, la crise au Liban et la menace du Hezbollah mais aussi les accords de normalisation avec des pays arabes et la préservation de la mémoire de la Shoah. Emmanuel Macron a déclaré: « J’ai pu rappeler une nouvelle fois l’attachement indéfectible de la France à la sécurité d’Israël, et notre détermination à rester engagés à ses côtés pour garantir la stabilité régionale ».

En ce qui concerne l’Iran, le président français a partagé la préoccupation d’Israël: « L’Iran doit cesser de détériorer une situation nucléaire des plus graves par l’accumulation des violations de l’accord de Vienne. Il en va de la stabilité de l’ensemble de la région. L’Iran doit faire les gestes attendus, et se comporter de manière responsable ».
Sur le Liban, Emmanuel Macron a affirmé: « Dans les prochaines semaines, il nous faudra de manière claire, changer l’approche et les méthodes car nous ne pouvons pas laisser le peuple libanais dans cette situation, nous devons tout faire pour éviter l’effondrement du pays ».

Enfin, les deux présidents ont abordé la question de la récente normalisation des relations entre Israël et certains Etats arabes. « Il est nécessaire de poursuivre cette dynamique positive par des progrès vers la résolution du conflit israélo-palestinien, la France est mobilisée pour aider Israéliens et Palestiniens à retrouver les voies du dialogue. Il n existe pas d’alternative à la négociation politique dans le respect des aspirations légitimes de chacun à la reconnaissance de sa sécurité et de sa souveraineté «  a souligné Emmanuel Macron.

Le président Reuven Rivlin a ensuite pris la parole. « Il y a 81 ans la nation française, s’est retrouvée face à un dilemme, la nation qui avait brandi les valeurs de liberté, fraternité et égalité se trouvait face à des forces obscures. Ceux qui se taisent ne sont pas muets mais en cela ils parlent. 65 000 Juifs ont été exterminés par les nazis, nous portons le souvenir de ces morts dans nos cœurs. L’an dernier à Jérusalem, nous avons promis tous ensemble de continuer à porter le flambeau du souvenir de la Shoah et de celui de la lutte contre l’antisémitisme« .

Concernant l’Iran, Reuven Rivlin a rappelé « la ligne extrémiste et agressive imposée » par Téhéran « qui se renforce dans le nucléaire et soutient les organisations terroristes (…) Nous ne permettrons pas à l’Iran de s’installer au Liban grâce au Hezbollah. Nous voulons être de bons voisins avec le peuple libanais ».
Reuven Rivlin a ajouté qu’« Avec les Palestiniens, la restauration de la confiance nous permettra de trouver un accord pour vivre ensemble côte à côte ».
Enfin, concernant l’annonce de l’ouverture d’une enquête de la Cour pénale internationale sur de présumés crimes de guerre commis par Israël, Reuven Rivlin a affirmé: « Nous ne nous excuserons jamais du droit et du devoir que nous avons en tant qu’état démocratique de protéger nos citoyens contre toute menace qui mettrait en danger leur sécurité ». Selon le président israélien qui terminait sa tournée européenne de trois jours par la France, toute tentative de « tordre le bras » à Israël dans ces instances internationale est vouée à « l’échec ».

Christophe Dard