(Crédit: DR)

L’Iran répond à l’attaque d’un cargo israélien: nous surveillons le comportement d’Israël dans la région

Le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabiee, a répondu ce mardi à l’attaque d’un navire israélien qui aurait été visé par la République islamique. Il a affirmé que Téhéran « n’autorise pas les invasions israéliennes et surveille leur comportement dans la région ». Cela semble signifier que l’Iran cherche à « sécuriser la haute mer » comme il l’a affirmé, et cela signifie une menace potentielle pour les navires israéliens. Il n’a pas admis l’implication de l’Iran dans l’attaque du MV Helios Ray, un cargo à destination de Singapour qui a été touché par une explosion dans le golfe d’Oman au cours du week-end. 

Ali Rabiee se concentrait principalement sur des réunions potentielles avec les États-Unis et les pays européens. Il a noté que depuis que l’Amérique a quitté le JCPOA de 2015 ou « l’accord avec l’Iran », elle ne serait qu’un « invité » à une telle réunion. Téhéran a apparemment torpillé les pourparlers à moins que Washington n’abandonne les sanctions.  Il a fait remarquer que la crise nucléaire était « fausse » et que l’Iran avait demandé l’accord en 2015 pour éviter les pressions étrangères. Il a ajouté que « le régime Trump, en étant trompé par ceux qui voyaient les événements des premiers jours du sommet de l’accord avec l’Iran comme un coup dur à leurs mauvais désirs pour le peuple iranien, a choisi une voie perverse qui a finalement abouti à l’isolement des États-Unis dans les institutions et les organisations qu’ils ont autrefois fondées ne sont pas arrivées.

Pas de révision de l’accord de 2015 ?

Puisque la « pression maximale » a échoué, dit l’Iran, l’administration Biden doit revenir à l’accord avec l’Iran. « Comme beaucoup d’autres pays, nous pensons qu’il n’y a pas d’autre moyen que la diplomatie pour résoudre le différend actuel, mais la diplomatie ne peut pas commencer sans bonne volonté et honnêteté », a déclaré le porte-parole du gouvernement. Les États-Unis doivent agir en premier, dit l’Iran. Ali Rabiee a noté que le gouvernement américain a jusqu’à présent refusé de prendre la moindre mesure pour montrer des efforts de renforcement de la confiance.  Il a ajouté que « la semaine dernière, en accord avec l’Agence internationale de l’énergie atomique, nous avons mis en œuvre la loi adoptée par le parlement de manière à respecter la loi et à assurer la communauté internationale que nos programmes nucléaires continuent d’être légitimes », at-il ajouté. 

Gabriel Attal