Le roi Salmane d'Arabie Saoudite (Crédit: DR)

Joe Biden et le roi d’Arabie Saoudite se sont parlés pour la première fois

Washingon va publier son rapport sur le meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi.

Cette conversation téléphonique était très attendue entre le président américain et le roi Salmane. En effet, avant son élection en novembre dernier, Joe Biden avait estimé que l’Arabie Saoudite devait être traité comme un Etat « paria » suite à l’affaire de l’assassinat de Jamal Khashoggi. Mais l’heure semble aujourd’hui à l’apaisement. Au cours de cet entretien, Joe Biden a rappelé « l’engagement des Etats-Unis à aider l’Arabie saoudite à défendre son territoire face aux attaques de groupes pro-Iran ». Le roi l’en a « remercié ». Joe Biden s’est aussi engagé à ce que Téhéran ne soit « jamais autorisé à posséder l’arme nucléaire ».
Lors de cette discussion, les deux dirigeants ont discuté des efforts américains pour mettre fin à la guerre au Yémen… Un effort diplomatique car Joe Biden a annoncé mettre fin au soutien de Washington à la coalition militaire menée par le royaume du Golfe dans « une guerre qui a créé une catastrophe humanitaire et stratégique ».

Le sujet des droits de l’homme a été également abordé au cours de cette conversation. Joe Biden a « relevé de manière positive la récente libération de plusieurs militants américano-saoudiens et de Loujain al-Hathloul », une militante féministe condamnée pour « diverses activités prohibées par la loi antiterroriste », emprisonnée pendant près de trois ans et dont la libération a été annoncée au début du mois.

En revanche, le communiqué officiel ne fait pas référence à une évenuelle mention du rapport du renseignement américain sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en 2018 et qui fait trembler l’Arabie Saoudite. La publication par Washington de ce document n’est plus qu’une question d’heures.

Le rapport sur l’assassinat de Jamal Khashoggi dévoilé très prochainement

En effet, ce rapport déclassifié devrait mettre en cause le puissant prince héritier Mohammed ben Salmane, malgré les démentis répétés du royaume saoudien. Joe Biden a affirmé mercredi, devant des journalistes, qu’il avait lu le rapport.
Jamal Khashoggi, résident aux Etats-Unis et chroniqueur du Washington Post, avait été assassiné en octobre 2018 dans le consulat de son pays à Istanbul par des agents saoudiens. Le Sénat américain, qui avait eu accès aux conclusions des services de renseignement, avait à l’époque jugé que Mohammed ben Salmane était «responsable» du meurtre. Mais le président Donald Trump n’avait jamais voulu blâmer publiquement le prince héritier afin de préserver l’alliance avec l’Arabie Saoudite, pilier de la lutte contre l’Iran et acheteur important d’armes américaines.

Christophe Dard