Arménie: le Premier ministre dénonce une tentative de putsch militaire

Nikol Pachinian débarque le chef d’état-major du pays, le général Onik Gasparian.

La situation est très instable depuis quelques heures en Arménie et montre que le conflit face à l’Azerbaïdjan au Haut-Karabakh à l’automne a laissé des traces.
Après avoir limogé hier Tigran Khatchatrian, l’adjoint du chef de l’état-major, le premier ministre s’est attiré les foudres du commandement militaire qui a réclamé sa démission, estimant que Nikol Pachinian n’était « plus en mesure de prendre les décisions qui s’imposent », et l’accusant « d’attaques destinées à discréditer les forces armées ». Sur sa page Facebook ce matin, le chef du gouvernement arménien a dénoncé une « tentative de coup d’Etat militaire » avant de rallier 20 000 de ses partisans dans les rues de la capitale, Erevan, afin de réaffirmer son autorité.
La Russie se dit « préoccupée » par la situation et appelle au calme. La Turquie, qui a soutenu militairement l’Azerbaïdjan dans le conflit du Haut-Karabakh, et n’a jamais reconnu le génocide arménien de 1915, condamne la tentative de coup d’état en Arménie.
En novembre dernier, l’Arménie a accepté les conditions d’un cessez-le-feu négocié par le président russe, Vladimir Poutine, et qui impliquaient d’importantes pertes territoriales récupérées par l’Azerbaïdjan. L’opposition à Nikol Pachinian réclame son départ.

Christophe Dard