Source: DR.

Etat Islamique: dix ans de prison pour le chef présumé de l’organisation en Allemagne

Ahmad Abdulaziz Abdullah Abdullah dit « Abou Walaa » été condamné pour appartenance à une organisation terroriste étrangère, au terme d’un procès de trois ans.

Considéré comme le cerveau de l’État islamique en Allemagne, le prédicateur irakien « Abou Walaa » a été condamné à dix ans de prison pour avoir radicalisé des jeunes, dirigé un réseau djihadiste actif outre-Rhin et envoyé des combattants volontaires depuis l’Allemagne vers la Syrie ou l’Irak. Arrêté en 2016, « Abou Walla » était jugé depuis trois ans aux côtés de quatre complices présumés à Celle, dans le nord de l’Allemagne.
L’un des trois adolescents qui ont posé une bombe en avril 2016 dans un temple sikh à Essen, blessant trois hommes dont un grièvement, est passé par la nébuleuse djihadiste d’ « Abou Walla ». Anis Amri, responsable de l’attaque au camion bélier du marché de Noël de Berlin, dont le bilan a été de 12 morts en décembre 2016, a probablement fréquenté ce réseau et eu des contacts avec un des coaccusés d' »Abou Walla », le Germano-Serbe Boban Simeonovic.

Un ancien membre des forces syriennes de sécurité condamné pour complicité de crimes contre l’humanitéUne première historique
Toujours en Allemagne, la Haute Cour régionale de Coblence a condamné ce mercredi un ancien membre des services de renseignements syriens à quatre ans et demi de prison pour complicités de crimes contre l’humanité. C’est le premier procès au monde de la torture en Syrie.
Eyad al-Gharib était accusé d’avoir participé à l’arrestation d’au moins trente manifestants, à l’automne 2011, victimes de tortures. Il s’est ensuite réfugié en Allemagne.
Le procès de Coblence va se poursuivre jusqu’à l’automne contre le principal accusé, Anwar Raslan. Il est accusé d’avoir joué un rôle central dans le système de répression syrien. Il est poursuivi pour crimes contre l’humanité pour la mort de 58 personnes et la torture de 4 000 personnes.

Le nombre d’islamistes considérés comme dangereux et se trouvant en Allemagne a été multiplié par cinq depuis 2013. Selon le ministère de l’Intérieur, il est actuellement de 615. Celui des salafistes est évalué à environ 11 000, soit deux fois plus qu’en 2013.

Christophe Dard