Crédit: Youtube

Etats-Unis: un humoriste accusé d’antisémitisme

Lors d’une émission de divertissement à succès et diffusée samedi soir sur NBC, un acteur a affirmé qu’Israël ne vaccinait que ses citoyens de confession juive. Tollé immédiat et unanime au sein de la communauté juive américaine.

C’était samedi soir sur la chaîne NBC, dans la célèbre émission humoristique Saturday Night Live, plus précisément dans l’une des séquences, Weekend Update. L’acteur Michael Che lance alors une mauvaise blague: « Israël affirme avoir vacciné la moitié de sa population, je suppose que c’est la moitié juive », en référence à la campagne de vaccination menée depuis deux mois dans le pays.

L’ambassadeur israélien aux Etats-Unis, Gilad Erdan, dénonce le caractère antisémite de la blague ainsi que la divulgation de fausses informations. Sur Twitter, il a posté le message suivant: « Le fait est que le succès de notre campagne de vaccination réside justement en cela que chaque citoyen d’Israël – juif, musulman, chrétien – y a droit ».


Les réactions négatives ne s’arrêtent pas là. Toujours sur Twitter, le consul général d’Israël à New York, Israel Nitzan, a écrit: « Répandre des mensonges antisémites et de la désinformation est déjà un problème. Attiser les flammes juste pour rire n’est pas seulement une erreur, c’est irresponsable. Israël a rendu le vaccin accessible à toute sa population de manière équitable, sans distinction de sexe, de race ou de religion ». Les condamnations sont également unanimes au sein de la Conférence des présidents, qui regroupe les principales organisations juives américaines, et de l’American Jewish Committee, dont le PDG, David Harris, se dit « scandalisé ».

L’une des plus vieilles organisation de défense des Juifs des États-Unis fait circuler depuis plusieurs heures une pétition pour demander des excuses au show phare de NBC diffusé depuis 1975: « Cette plaisanterie n’est pas seulement fausse – elle est dangereuse, une version moderne d’un propos antisémite classique qui a inspiré le meurtre de nombreux Juifs au cours des siècles ».

Christophe Dard