(Crédit: DR)

Campagne de vaccination en Israël: le PDG de Pfizer en Israël le 8 mars

Alors qu’Israël pourrait manquer de doses du vaccin Pfizer BioNTech d’ici deux semaines, le patron de l’entreprise, Albert Bourla, rencontrera Benyamin Netanyahou le 8 mars.

On ne se félicitera jamais assez de la réussite de la campagne de vaccination en Israël. Plus de 4,3 millions de personnes ont reçu la première dose du vaccin Pfizer et 2, 9 millions ont bénéficié de l’injection des deux doses. Mais la crainte d’une pénurie de ce vaccin, dont une étude israélienne récente a montré son efficacité à 75% après la première dose, est aujourd’hui réelle. De fait, les autorités de santé recommandent que les centaines de milliers de doses Pfizer, qui vont être acheminées au cours des quinze prochains jours en Israël, bénéficient à celles et ceux qui ont déjà reçu la première dose.
Les discussions se poursuivent entre Israël et le laboratoire Pfizer pour bénéficier de nouvelles doses issues de la première entreprise à développer un vaccin contre la COVID-19. Et cela pourrait aller assez vite car dans deux semaines, le 8 mars, le patron de Pfizer, Albert Bourla, se rendra en Israël et rencontrera le premier ministre Benyamin Netanyahou. Ce dernier a déclaré avoir des liens personnels avec le PDG du groupe pharmaceutique américain. Les deux hommes se sont déjà entretenus ces dernières semaines.

Albert Bourla est le fils de survivants de la Shoah

Les parents d’Albert Bourla étaient parmi les rares juifs de Thessalonique, en Grèce, à avoir survécu aux horreurs perpétrées par les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Pour Benyamin Netanyahou, nul doute que ce sera un joli coup de communication , à deux semaines des élections législatives, et alors même que la réussite de la campagne de vaccination est un argument de campagne en sa faveur.
En attendant cette visite, les doses du vaccin Pfizer vont donc se raréfier. Des doses du vaccin Moderna doivent arriver en Israël cette semaine mais leur nombre ne sera pas suffisant pour palier la pénurie des doses du concurrent Pfizer, à ce jour le plus utilisé en Israël comme dans de nombreux pays.

Christophe Dard