(Crédit: DR)

La Grèce et la Turquie rouvrent les discussions sur la Méditerranée orientale

La Grèce et la Turquie ont cédé lundi 25 janvier aux pressions de l’Union Européenne (UE) et de l’OTAN et ont ouvert les premières discussions directes depuis près de cinq ans sur la Méditerranée orientale. Cela fait suite au ton positif que le président turc Recep Erdogan a donné alors qu’il tente de réparer les relations endommagées avec l’Europe face à une administration américaine potentiellement plus hostile sous le président Joe Biden. Le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias a déclaré ce week-end qu’Athènes entrait « de bonne foi » dans les pourparlers exploratoires – un commentaire repris par le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

Athènes veut limiter les discussions – menées par le diplomate grec à la retraite Pavlos Apostolidis et le vice-ministre turc des Affaires étrangères Sedat Onal – aux frontières du plateau continental et à la taille des zones économiques exclusives. Mais Ankara accuse également Athènes d’avoir stationné illégalement des troupes sur certaines de ses îles et veut discuter des zones aériennes – un différend séparé qui a vu un pilote grec tué lorsque son avion est entré en collision avec un turc en 2006. « Ce n’est pas juste de choisir un [sujet] et de dire: ‘Nous tenons des discussions exploratoires à ce sujet' », a commenté Cavusoglu la semaine dernière.

Gabriel Attal