(Crédit: MDA)

Israël en éclaireur face à l’évolution du coronavirus

C’est peut-être jusqu’à présent la période la plus frustrante de la pandémie, en tout cas en Israël. La multiplication des facteurs à prendre en compte rend les projections de plus en plus complexes. Les mutations du virus ont atteint Israël à peu près au moment où a débuté la campagne de vaccination. Et voilà que le Covid commence à être confronté à une population vaccinée. Les services de renseignements de Tsahal ont alerté il y a quelques jours sur la possibilité d’émergence d’un variant israélien du virus. La vague épidémique en cours combinée à la vaccination pourrait contraindre le virus à muter pour survivre. Mais il est impossible de dire à ce stade s’il sera plus violent ou plus contagieux.

C’est ce qui explique aussi la volonté des autorités israéliennes de verrouiller l’espace aérien. Depuis la mi-octobre, 386 mille voyageurs sont entrés en Israël par l’aéroport Ben Gourion. Ce sont les passagers en provenance de Turquie, plus de 55 mille au cours des trois mois écoulés, qui comptent le plus de cas d’infection au Covid : 832 au total. Viennent ensuite les Emirats avec 39 mille voyageurs et 679 cas positifs, puis les Etats-Unis avec 61 mille passagers et 588 malades. Les Etats-Unis qui sont donc la provenance principale vers Israël. Sur les onze pays référencés, la France arrive en huitième position avec l’entrée de 20 mille voyageurs, dont 154 positifs au Covid.

Il s’agit évidemment quasi-exclusivement de ressortissants israéliens, puisque le pays est toujours fermé aux voyageurs étrangers depuis le début de l’épidémie. L’objectif souhaité par le ministère israélien de la Santé est de suspendre tous les déplacements à l’étranger et surtout les vols de retour, jusqu’à ce qu’au moins 5 millions d’Israéliens aient été totalement vaccinés. Ce qui, au rythme actuel, devrait intervenir d’ici le début du mois de mars.

Il devient donc plus vital que jamais de freiner l’importation du virus, alors que près de 40% des cas actifs sont déjà dus au mutant anglais du Covid. Mais si Israël parvient effectivement à couper provisoirement la chaine de contamination avec l’extérieur, il lui reste encore à gérer ce qui se passe à l’intérieur. On en est à environ deux millions et demi de personnes vaccinées, dont à peu près un million ayant reçu les deux injections. D’ici début février, 80% de la population de plus de 60 ans devrait avoir passé le cap des dix jours après la deuxième injection. Et la vaccination a été ouverte cette semaine aux 16-18 ans. Quant au confinement actuel, il ne devrait pas être prolongé au-delà du 1er février. C’est en tout cas la ligne actuelle du gouvernement.

Mais cela va aussi dépendre de la réactivité de la population. Début mars, il restera encore environ 40 à 45% des Israéliens qui n’auront pas été vaccinés, ce qui comprend aussi le moins de 16 ans, qui ne sont pas concernés par la campagne vaccinale. En attendant de voir l’impact des mutations du virus, il faut donc compter sur l’efficacité du vaccin et son influence sur la baisse de la mortalité. Donc, aller se faire vacciner et continuer à respecter toutes les consignes sanitaires.

Pascale Zonszain