(Crédit: capture d'écran)

Washington inscrit Abou Fadak, principal homme de main de l’Iran en Irak, sur la liste des terroristes

Abou Fadak al-Mohammadawi, principal homme de main de l’Iran en Irak, a été inscrit mercredi 13 janvier sur la liste des terroristes mondiaux spécialement désignés. Cela survient quelques jours après que les États-Unis ont pris pour cible son patron, Falih al-Fayyadh, qui était à la tête des Unités de mobilisation populaire (PMU) et a joué un rôle dans l’attaque contre l’ambassade américaine en 2019 en Irak. Fayyadh était proche de Muhandis, son adjoint, et du chef du Cors des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI), Qasem Soleimani. Les États-Unis ont tué Soleimani et Muhandis dans la même frappe le 3 janvier 2020. Abou Fadak, disent les États-Unis, est également appelé Al-Khal, « l’oncle ». Il est né en 1968. Les États-Unis l’ont répertorié à tort comme étant lié au groupe Etat Islamique. Le Kataib Hezbollah (Hezbollah irakien) de Fadak est en réalité un groupe chiite pro-iranien qui a combattu le groupe EI, qui est un groupe jihadiste sunnite génocidaire fasciste avec des racines à Al-Qaïda.

Ces derniers jours, à une semaine de l’investiture de Joe Biden et de la fin du mandat de Donald Trump, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a cherché à sanctionner et à désigner un grand nombre de personnes, de groupes et de pays comme terroristes ou partisans du terrorisme. Il a pris pour cible les Houthis soutenus par l’Iran au Yémen, à Cuba, et a également allégué que l’Iran était une base pour Al-Qaïda.  

Gabriel Attal